Film de juin 2011 : “Le gamin au vélo“

, par  Firouz Elisabeth PILLET , popularité : 12%

Le gamin au vélo


de Jean-Pierre et Luc Dardenne, avec Thomas Doret, Cécile de France, Jérémie Rénier. Belgique, 2011.

Cyril, bientôt douze ans, n’a qu’une idée en tête depuis qu’il a été placé en foyer pour enfants : retrouver son père qui est parti sans laisser de traces. Au grand dam de ses éducateurs, il fugue, se rebelle, hante la cité où il résidait avec son père, à la recherche désespérée d’indices.. Alors qu’il recherche son vélo – que son père aurait vendu avant de disparaître - Cyril rencontre par hasard Samantha, qui tient un salon de coiffure et accepte de l’accueillir chez elle pendant les fins de semaine.. Mais Cyril ne voit pas encore l’amour que Samantha lui porte, cet amour dont il a pourtant besoin pour apaiser sa colère... Il se laisse alors entraîner par un caïd de la cité à commettre de petits forfaits.
Déjà lauréats de deux Palme d’or pour Rosetta (1996) et L’enfant (2005), les frères Dardenne visent un inédit triplé avec ce drame porté par Cécile de France. On peut donc affirmer sans exagérer qu’au Festival de Cannes, les Belges Jean-Pierre et Luc Dardenne se sentent chez eux. D’ailleurs, comme leur film sera présenté à la presse mondiale, le festival sera l’unique occasion de les rencontrer. Ils ont déjà affirmé leur intention de retourner au Plat Pays aussitôt après le festival pour se remettre au travail. C’est à Cannes, en effet, que la majorité de leurs fictions a été présentée dans les diverses sections. Consacrés par leurs pairs comme par la presse et le public, ils sont uniquement en lice dans la course à la Palme d’or. Leur muse, Olivier Gourmet, qui tient un petit rôle dans Le gamin au vélo, a remporté grâce à eux, un prix d’interprétation masculine pour Le fils, en 2005.

« Le gamin au vélo » de Jean-Pierre et Luc Dardenne
© Christine Plenus

Le gamin au vélo raconte donc la vie d’un enfant de douze ans en colère, et de ce fait le film ait été quasiment entièrement tourné de jour, vu le jeune âge de l’acteur principal. Sur sa route, il croise Samantha (Cécile de France), qui l’accueille comme une mère. Mais apprivoiser l’oiseau meurtri et malmené n’est pas aisé. Le sujet, délicat, demeure dans la veine du cinéma social des Dardenne, qui aiment à s’interroger sur le rapport au monde de jeunes gens placés en marge du système, des sujets qui leur sont souvent inspirés de faits divers qu’ils découvrent dans les quotidiens, comme ils nous l’avaient révélé lors de leur dernier passage à Genève. Soulignons qu’il s’agit d’une première collaboration pour Cécile de France, son partenaire Jérémie Renier rempile pour la quatrième fois avec les frères après La promesse, L’enfant et Le silence de Lorna.
Notons que c’est la première fois que Jean-Pierre et Luc Dardenne tournent leur film durant l’été. D’où la luminosité qui se dégage du film, chose assez rare chez eux. Le vélo du jeune Cyril représente la fuite d’une réalité trop dure à accepter, une échappatoire à portée de main, la course en avant à la recherche de l’amour. Les Dardenne souhaitaient ne pas tomber dans le mélodrame ou dans la fausse explication psychologique. Mais comme à l’accoutumée chez eux, il s’agit de filiation : autant des liens du sang qui unissent Cyril et son père, que des liens non biologiques qui unissent Cyril et Samatha. La filiation reste donc un des thèmes de prédilection du tandem belge… On en saura plus sur La Croisette, et le prochain numéro de Scènes vous permettra de découvrir les coulisses de ce tournage.

Firouz-Elisabeth Pillet

légende : « Le gamin au vélo » de Jean-Pierre et Luc Dardenne © Christine Plenus

Publié dans Scènes Magazine No. 233