Genève : Black Movie

, par  Viviane Vuilleumier , popularité : 14%

Selon son habitude, Black Movie offrira une programmation qui va à contre-courant des cinémas uniformisés, avec des talents émergents et des cinéastes confirmés dont les films restent inédits en Suisse ; une programmation qui reflète les mouvances esthétiques et sociales du monde contemporain, en abordant des sujets de société ou de l’actualité.

Black Movie accueillera de nombreux invités durant la durée de la manifestation ; parmi eux, citons Lyubov Arkus, la réalisatrice de Anton’s Right Here, le journaliste Mehdi Baouzzi, le réalisateur de Guerra Civil, Pedro Caldas, la réalisatrice Silvia Firmino, qui vient présenter son film Amanhecer a andar ou Masahiro Kobayashi, réalisateur de Japan’s Tragedy, et bien d’autres cinéastes encore.

« Empire of Dust » de Bram van Paesschen

Plus d’une cinquantaine de films seront projetés durant le festival, et ils sont regroupés par thèmes, sous les appellations suivantes : La balade sauvage ; Tous les garçons s’appellent João ; Bons baisers de Russie ; Prends l’oseille et tire-toi ! ; Le goût des autres ; A suivre, le retour... De quoi émoustiller notre curiosité !

« Chapiteau Show » de Sergey Loban

Et il y a même des films pour enfants, réunis dans la sélection Petit Black Movie, dont ce sera la 8ème édition avec, toujours, cette volonté de stimuler la curiosité de petits et de nourrir leur goût pour le 7e art, de préparer ainsi les cinéphiles de demain ; les films qui leur sont proposés ont l’ambition d’éveiller leur envie d’évasion et d’exploration dans le cadre privilégié d’une salle de cinéma…

« Alone » de Wang Bing
Chronique chinoise, en première suisse

Le Petit Black Movie invitera donc les enfants à voyager de l’Argentine à la Corée, en passant par le Kazakhstan et la Finlande, grâce aux 45 films programmés ;
parmi eux figurent de nombreux films d’animation qui utilisent toute une panoplie de techniques diverses pour enchanter le jeune public.

« A última vez que vi Macau » de João Pedro Rodrigues, João Rui Guerra da Mata

N’oublions pas de signaler un lieu de rendez-vous immanquable du festival, à savoir le Macau, qui accueille les cinéphiles avant et après les films, et propose sa propre programmation nocturne qui, comme lors des précédentes éditions, sera originale et festive.

D’autre part, des tables rondes auront lieu le 21 janvier - autour du cinéma portugais - et le 23 janvier - sous l’intitulé Troubles psychiques : quel chemin vers le rétablissement ? ; ainsi que des master classes : en présence de Kim Kyung-mook le 22 janvier, et de Carlos Reygadas le 25 janvier.

Voir en ligne : Black Movie