Fribourg : « Mon ange gardien est un oiseau »

, popularité : 15%

Cette exposition se place en dialogue avec celle du MAHF consacrée au “Monde des anges“. Ensemble, ces deux manifestations se proposent d’approfondir les sources, l’évolution et les nombreuses facettes de l’image angélique et des thèmes apparentés.

Dans l’œuvre de Saint Phalle, l’ange est très présent. Tout comme le bien qu’il incarne et le mal qu’il combat. L’ange se confond parfois avec l’image de l’oiseau, comme en témoigne la citation qui constitue le titre de l’exposition « Les oiseaux sont des messagers de notre monde vers l’autre. Mon ange gardien est un oiseau ».

Le rez-de-chaussée aborde trois figures angéliques : “L’Oiseau amoureux“, “L’Ange de la Tempérance“ et “L’Ange protecteur“ de la gare de Zurich. La thématique de “L’Oiseau amoureux“ met en avant la forte présence animalière dans les œuvres de Niki de Saint Phalle - l’oiseau étant l’un des plus emblématiques et l’un des plus représentés - ainsi que le goût de l’artiste pour les différents récits mythologiques mélangeant les humains et les animaux de manière mystérieuse.

Quant à “L’Ange de la Tempérance“, il est lié au tarot, élément essentiel dans la vie de Niki de Saint Phalle. Le tarot est composé de vingt-deux arcanes majeurs. Ces arcanes ont tous été illustrés dans le Jardin des tarots de l’artiste sous formes de sculptures ou de petits édifices. Parmi ces sculptures, “l’Ange de la Tempérance“ symbolise l’échange et l’écoulement serein de la vie.
“L’Ange protecteur“ de Zurich - commandé par les CFF à l’occasion de leur 150e anniversaire - est sûrement l’un des anges les plus connus de l’artiste. Ce que Niki de Saint Phalle aimait dans ce projet de “messager céleste“, c’est qu’un endroit réunissant tant de voyageurs soit placé sous la protection bienveillante et joyeuse d’un ange. La sculpture est réalisée en Californie. Elle mesure plus de onze mètres de hauteur et révèle une féminité triomphante qui accentue, selon l’artiste, son côté protecteur car elle est associée au sentiment maternel. Et ne parlons pas du problème majeur de cette sculpture, à savoir son transport à Zürich ainsi que sa fixation.

Du 10 novembre 2017 au 14 janvier 2018

Voir en ligne : Espace Jean Tinguely – Niki de Saint Phalle, Fribourg

Brèves Toutes les brèves