Genève : Doris Pache

, par  Françoise-Hélène BROU , popularité : 8%

La Galerie Anton Meier présente les travaux de Doris Pache, une artiste suisse qui vit et travaille à Genève et dont les œuvres exposées récemment à la Foire d’Art de Zürich, la Kunst Zürich, ont été accueillies avec enthousiasme.

A Genève, chez Anton Meier, il s’agit d’une première exposition personnelle où l’artiste propose une série de Paysages et Porcelaines. L’intitulé peut paraître étrange, car on ne sait si l’on va découvrir un travail de peintre ou de céramiste. Il faut apporter quelques précisions pour mieux comprendre cette démarche originale.
Doris Pache peint des paysages aux horizons largement dégagés et qui se disposent en deux ou trois plans superposés de couleurs représentant eaux, nuages et ciel. Le paysage ici est réduit à une constante répétitive, seules les nuances chromatiques suggèrent les variations atmosphériques, le déroulement du temps, la course du soleil par-delà l’horizon. Doris Pache joue également sur les formats ainsi que sur la disposition spatiale de ses toiles. Carrés et rectangles s’assemblent et s’alignent par diptyques ou triptyques, créant un rythme entraînant le regard d’une séquence à l’autre, et où les espaces vides prennent valeur de pauses ou de silences.

Les “Porcelaines“ quant à elles sont en réalité des peintures représentant des vases ou récipients de porcelaine, disposés dans une espèce d’apesanteur au centre géométrique de la composition. La démarche conceptuelle s’apparente à celle des paysages, car elle se fonde également sur le principe du découpage horizontal de la surface en quelque trois plans chromatiques et sur la représentation systématiquement centrée de l’objet céramique. Cette série d’œuvres entre pleinement dans le genre de la nature morte ou des vanités qui traditionnellement évoquent une méditation sur la nature éphémère de la vie humaine. Les objets représentés, inanimés ou morts, ont valeur de symbole des activités humaines tout en suggérant la relativité de la connaissance et du genre humain soumis à la fuite du temps. Dans les deux séries de tableaux, Paysages et Porcelaines, l’idée de la vanité, qui littéralement signifie “souffle léger, vapeur éphémère“, s’impose nettement : absence de mouvement, atemporalité, épaisseur symbolique des vases, bols, ciels, tout se conjugue pour considérer ces représentations comme supports de méditation propices à creuser les émotions dégagées par le monde sensible.

Françoise-Hélène Brou

Doris Pache, « Peintures  : Paysages et Porcelaines ». Galerie Anton Meier SA, Palais de l’Athénée, Genève. Du 4 mars au 24 avril 2010
www.antonmeier-galerie.ch

Voir en ligne : Galerie Anton Meier

Brèves Toutes les brèves