Genève : « L’Asie rêvée »

, popularité : 9%

Pour sa nouvelle exposition, la Fondation Baur a choisi de confronter les trésors de ses collections avec les créations Cartier, une confrontation qui permet d’éclairer la réception et l’assimilation des arts asiatiques en Europe, au début du XXe siècle.

Un peu d’histoire
Aux XIXe et XXe siècles, on collectionne des “curios“ – ainsi nommés, à juste titre, puisqu’ils suscitent la “curiosité“. Ces objets exotiques en provenance de Chine ou du Japon, ornés de décors fantaisistes, façonnés dans divers matériaux, dont certains encore méconnus, subjuguent les Occidentaux. Ils provoquent un engouement pour l’Asie, envoûtent les amateurs et influencent profondément les arts graphiques européens.

Cette fascinante période suscite les vocations : celle de collectionneur pour Alfred Baur (1865-1951), et celle de créateurs pour Alfred Cartier (1841-1925) et ses trois fils, Louis (1875-1942), Pierre (1878-1964) et Jacques (1884-1941). Si les pièces à façon asiatique du joaillier parisien sont généralement connues, leur contexte historique et culturel l’est beaucoup moins. Ainsi, l’idée de confronter ces joyaux aux collections de la Fondation Baur, Musée des arts d’Extrême-Orient de Genève, a-t-elle germé.

Au fil de l’exposition, une Asie rêvée se dessine lentement, comme une chasse au trésor. Pagodes et pavillons endiamantés, lettrés affairés sous des cieux constellés, clairs de lune nacrés, phénix chatoyants, dragons de jade ou gemmes multicolores fleurissant comme des prunus décrivent une contrée imaginaire. La magie Cartier opère et séduit. Face à ces créations, porcelaines impériales, laques saupoudrés de métaux précieux, soieries brodées, jades, émaux colorés, netsukes, ornements de sabre et estampes de la Fondation Baur racontent, eux-aussi, la Chine et le Japon merveilleux, instaurant un dialogue inédit.

Du 12 novembre 2015 au 14 février 2016

Voir en ligne : Fondation Baur

Brèves Toutes les brèves