Lens / Crans-Montana : Surréalisme et Arts primitifs

, popularité : 9%

C’est avec le surréalisme et les arts primitifs que la Fondation inaugure son cycle d’expositions d’été. Il s’organise autour de la volonté de mettre en dialogue l’art occidental avec des cultures non-européennes.

Chaque civilisation crée un art qui lui est propre, porteur de valeurs ou de significations uniques. C’est la rencontre ou la confrontation entre deux cultures artistiques qui est féconde et riche de significations.

Surréalisme et arts primitifs. Un air de famille
Profondément choqués par les horreurs de la Première Guerre mondiale, les artistes surréalistes proposent un art révolutionnaire, tant dans ses formes que dans les thèmes abordés. Ils cherchent à faire un art « autre » qu’ils découvrent en eux-mêmes, dans les rêves et dans les méandres de l’âme humaine que la psychanalyse commence juste à dévoiler.

Toutefois, l’Autre est aussi synonyme d’ailleurs. Passionnés d’arts primitifs, certains artistes surréalistes, à l’instar d’André Breton, collectionnent des pièces océaniennes, africaines, mayas ou encore eskimo. Formes inédites, symboles énigmatiques, fonctions rituelles mystérieuses, graphisme épuré, les œuvres primitives les fascinent et donnent un souffle nouveau à leurs propres créations.

Un premier espace, consacré aux arts primitifs invite le visiteur à s’imprégner de l’étrangeté de ces œuvres nées aux confins du monde. Par un jeu de miroir, la deuxième salle présente les œuvres de quelque cinquante artistes surréalistes, dont Salvador Dalí, Max Ernst, Wilfredo Lam, Yves Tanguy ou encore Alberto Giacometti, dans un agencement identique.

Ainsi, d’un étage à l’autre, le visiteur éprouve l’étrange air de famille qui unit ces œuvres d’époque et d’origine différentes. Avec Un air de famille, la Fondation Pierre Arnaud inaugure son cycle d’expositions d’été dédié aux dialogues féconds et inattendus que l’art européen tisse avec les cultures non- occidentales.

Tableaux, dessins, collages, photomontages, photographies, sculptures, objets et revues surréalistes ont été réunis sous le même toit que des masques, des heaumes, des katchinas, des statues, des écorces, des sculptures, des reliquaires, des cannes, des cuillères, des tambours, des figurines en ivoire de morse, des pagaies cérémonielles ou des baguettes de danse magiques en provenance de l’Amérique du Nord, du Canada, de l’Alaska, du Mexique, de l’île de Pâques, du Groenland, de l’Afrique, de l’Océanie ou de l’Insulinde.

Du 13 juin au 5 octobre 2014

Voir en ligne : Fondation Pierre Arnaud

Brèves Toutes les brèves