Martigny : Fabrice Gygi

, popularité : 12%

Dans le cadre de la Triennale d’Art du Valais 2014, le Manoir de la Ville de Martigny invite l’artiste Fabrice Gygi, né en 1965 à Genève. Artiste majeur de sa génération, il développe dès les années 1990 un travail de sculpture et d’installation, interrogeant les systèmes et les déviances de la société contemporaine.

L’exposition De la vacance aux Communes-Réunies propose une sélection d’œuvres axées sur la période de fin des années 1990, début 2000. En réponse, de nouvelles pièces ainsi qu’une invitation faite à trois jeunes artistes, Anaïs Defago, Agnès Ferla et Marine Julié complètent l’exposition.

Fabrice Gygi, « Meeting Room », 2007
Acier zingué, bois, projecteur et DVD. (vue d’installation BFAS Blondeau Fine Art Services, Genève, 2007, courtoisie Fabrice Gygi et Galerie Guy Bärtschi, Genève)

Depuis plus de vingt ans, Fabrice Gygi est actif sur la scène suisse et internationale. En plus de son travail de sculptures et d’installations - estrades, gradins, tentes... ; il explore également une esthétique plus minimales - grilles, airbags, ... - et réalise parallèlement des performances et des œuvres sur papier. Depuis trois ans, il se consacre également à la fabrication de bijoux.

Fabrice Gygi et Marine Julié, « Safran Bâtard », 2014
Sculpture, peau de vache, sangles, œillets, acier, verre, socle 120 x 62 x 62 cm.
(courtoisie Fabrice Gygi, Marine Julié)

Pour la Triennale 2014, l’artiste s’empare du Manoir de la Ville de Martigny, articulant des œuvres phares de sa production (les Airbags ou les Paravents) avec des travaux plus récents et des nouvelles créations. L’ensemble se développe sur les deux étages supérieurs du bâtiment. Le rejoignent, au rez-de-chaussée, trois jeunes artistes, Anaïs Defago (d’origine valaisanne, née en 1987 à Genève, vit et travaille à Lausanne et Genève), Marine Julié (née en 1984 à Agen FR, vit et travaille à Lausanne) et Agnès Ferla (née en 1986 à Châtel Saint-Denis, vit à St-Légier, travaille à Lausanne).

A travers le choix des pièces proposées, cette exposition s’inscrit dans la continuité des préoccupations de l’artiste. Sans cesse, il interroge les systèmes et les déviances de la société contemporaine, ses diverses formes de pouvoir et ses rouages complexes. Dans chacune de ses pièces est rendue perceptible et concrète une situation d’urgence qui implique une inéluctable, rapide et nécessaire intervention humaine. Protection ou agression ? Objets de secours ou objets de combat ? Équipement de survie dans un contexte hostile ? Ces œuvres véhiculent un sentiment ambivalent de menace ou de surveillance, de catastrophes naturelles ou d’événements contestataires.

Jusqu’au 31 août 2014.

Voir en ligne : Manoir de la Ville de Martigny

Brèves Toutes les brèves