Zurich : « Dada Afrika »

, popularité : 14%

« Dada Afrika » tombe à point nommé : Dada fête en effet son 100e anniversaire ! Pour la première fois, une exposition est consacrée à la confrontation des dadaïstes avec l’art et la culture de pays extra-européens.

Les mises en scène des « Soirées nègres » au Cabaret Voltaire, qui faisaient appel à tous les sens, associant musique, poésie et danse, s’attaquaient à la notion même de l’art et remettaient en cause les valeurs artistiques ayant cours jusqu’alors.

La présentation de poèmes pseudo-africains scandés au rythme des percussions et accompagnés de danses de masques – des manifestations spontanées, vitales, endiablées – correspondait à la volonté des dadaïstes de transgresser toutes les limites. L’objectif était de déconcerter le public.

Les masques de Marcel Janco, les costumes de Sophie Taeuber-Arp ou les collages de Hannah Höch témoignent de la recherche d’un nouveau langage formel et d’une vie plus authentique. Dans l’altérité exotique, les artistes dadaïstes découvraient un monde libérateur à l’opposé du leur. Elle devait les aider à transformer la société et l’art de leur époque.

Dans cette exposition, les œuvres dadaïstes dialoguent avec l’art, la musique et la littérature de l’Afrique, de l’Amérique, de l’Asie et de l’Océanie.

Le Musée Rietberg possède un vaste et précieux fonds de Han Coray, l’un des plus grands collectionneurs d’art africain. C’était également un remarquable mécène et marchand d’art, et il contribuera à promouvoir le dadaïsme. Les plus mémorables expositions Dada eurent lieu dans sa galerie, en 1917. Pour la première fois, des artefacts africains étaient présentés dialoguant d’égal à égal avec des productions dadaïstes.

Jusqu’au 17 juillet 2016

Voir en ligne : Musée Rietberg, Zurich

Brèves Toutes les brèves