Zurich : Festival 2007

, par  Eric POUSAZ , popularité : 15%

Le festival de Zurich, qui se tient chaque année en fin de saison, regroupe toutes les institutions culturelles importantes de la ville. Malgré d’énormes efforts publicitaires, la manifestation peine à se faire connaître sur le plan
international et attire essentiellement un public local. Pourtant, l’affiche est alléchante et permet de découvrir également quelques grandes troupes de théâtre internationales dans leurs spectacles phares qu’on ne voit
pratiquement jamais en Suisse romande.

Le Théâtre
Ainsi, le Schauspielhaus affiche-t-il La Trilogie du Dragon écrite et mise en scène par le Canadien Robert Lepage, un spectacle aux effets de mise en scène à proprement parler magiques construit autour des rapports complexes qu’entretient la culture occidentale avec l’Asie. Ce maître des effets spéciaux, pour ceux qui s’en souviennent, a signé une des plus extraordinaires versions d’Erwartung de Schönberg au Grand-Théâtre de Genève il y a plus de dix ans et une sublime Damnation de Faust à l’Opéra Bastille… Il s’apprête d’ailleurs à monter le nouveau Ring des Nibelungen au Metropolitan Opera de New-York. Ce spectacle est donné dans la nouvelle salle du Schauspielhaus (à la Schiffbau Halle 1) les 12, 13, 14, 16 & 17 juin.
En outre, Jérôme Deschamps et Macha Makeïeff présenteront en français leur spectacle intitulé La Méchante Vie composé sur des textes de Henri Monnier les 28 et 29 juin à l’ancienne salle du Schauspielhaus (Pfauen) alors que le collectif théâtral zurichois baptisé Rimini Projekt offrira une création originale construite autour de la première mondiale de la célèbre Visite de la Vieille Dame de Dürrenmatt (créée à Zurich le 29 janvier 1956). La première est fixée au 21 juin, également dans l’ancienne salle du Schauspielhaus, et plusieurs représentations sont affichées jusqu’au 8 juillet. Quant au Theater am Neumarkt, il offre, lui, pendant toute a durée du festival une nouvelle pièce de l’écrivain autrichien Elfriede Jelinek Ùber Tiere.

Les Concerts
Le volet symphonique du festival se donne essentiellement à la Tonhalle ; il est consacré à l’exécution intégrale des partitions majeures de Robert Schumann. Les quatre Symphonies, les Concertos de violon, de violoncelle et de piano ainsi que quelques pages majeures comme Manfred ou Ouverture, Scherzo et Finale seront exécutées sous la direction de Christopher Hogwood (les 15 & 16 juin), Charles Dutoit (avec Martha Argerich et le Philharmonique de Dresde), Neville Marriner (le 20 juin), Heinz Holliger (les 26, 27 & 28 juin avec le violoncelliste Jean-Guihen Queyras), Mariss Jansons (les 5 & 6 juillet, avec le violoniste Julian Rachlin et la 9e Symphonie de Beethoven en complément ( !) de programme), Christoph von Dohnanyi (le 8 juillet avec l’Orchestre de l’Opéra de Zurich) et Heinz Holliger (le 10 juillet, avec notamment la 1e version de la 4e symphonie de Schumann). Ces concerts sont complétés par diverses soirées de musique de chambre, qui donnent également l’occasion d’entendre des pages de Clara Schumann dont le génie a été si longtemps oublié ou méprisé… (Programme détaillé et dates sur le site de la Tonhalle).

Les Noces de Figaro, nouvelle mouture, avec Martina Janková, Erwin Schrott. Copyright Suzanne Schwiertz

L’Opéra et les Ballets
L’Opéra propose son traditionnel bouquet panaché composé des meilleures moments de la saison ; signalons, parmi ces derniers, les nouvelles Nozze di Figaro (le 22 juin) avec une distribution superlative, le retour à l’affiche de Nina Stemme et Luciana d’Intino dans Aida les 27 juin, les 4 & 8 juillet), de Vesselina Kasarova dans Der Rosenkavalier (les 29 juin et 1er juillet avec Stemme, Muff et Kleiter), de Emiliy Magee et Marcello Giordani dans la rare Francesca da Rimini (les 17 & 21, 3 & 5 juillet) et enfin de Sylvie Valaire, Carlo Colombara et Renato Bruson dans Nabucco (le 6 juillet). La reprise très attendue est celle d’Arabella de Strauss les 6 & 9 juin avec une des rares apparitions scéniques en Suisse de Renée Fleming (accompagnée pour l’occasion de Thomas Hampson et Piotr Beczala).
Enfin, la traditionnelle nouvelle production du festival est consacrée à une version scénique des Scènes de Faust de Schumann avec Simon Keenlyside en Faust (les 24, 26, 28 & 30 juin).
Les soirées de ballet comprennent le Don Quixote de Minkus monté par Heinz Spoerli (les 15 & 23 juin) ainsi qu’un programme panaché groupé autour d’Apollon Musagète de Stravinsky le 17 juin en matinée. Une soirée de lieds, ainsi qu’un programme réservé aux jeunes chanteurs de l’Opéra Studio complètent cet abondant programme.

Eric Pousaz

Voir en ligne : http://www.zuercher-festspiele.ch

Brèves Toutes les brèves