Lausanne : JazzOnze+ se fait plaisir

, par  Frank DAYEN , popularité : 16%

Ils assument leur philosophie, avec joie. Les membres de JazzOnze+ sont des épicuriens : ils aiment le jazz, et font venir les artistes qu’ils apprécient - quitte à les faire revenir plusieurs fois – et sans répondre à une logique commerciale.

Depuis 23 éditions, un grand nom du jazz manquait à leur affiche : McCoy Tyner. Enfin, cette année, le pianiste de John Coltrane vient à Lausanne. « Il a énormément apporté au jazz, commente Serge Wintsch, co-organisateur avec sa femme du festival. McCoy Tyner a un style à lui, polytonal et polyrythmique, une musique pleine, profuse, puissante. Il est resté très proche du climat qui régnait dans le quartet de Coltrane avant sa période free jazz. A 70 ans, il reste un grand créateur ». Pour cette soirée inoubliable, il sera accompagné du célèbre saxophoniste Gary Bartz, partenaire de Miles Davis ou de Keith Jarrett.

Mac Coy Tyner
© John Abbott

Le concert d’ouverture de cette soirée est assuré par le Heiri Känzig Quintet (featuring Matthieu Michel et Michael Zisman) qui restituent leur splendide album Buenos Aires.
Le deuxième soir verra deux concerts : celui de Marc Perrenoud et son trio (Marco Müller et Cyril Regamey) et celui de la rencontre entre le mythique Archie Shepp et Joachim Kühn. « Shepp est une légende du jazz et du free jazz, explique Serge Wintsch. Ce saxophoniste a fait une très bonne lecture de l’histoire du jazz (du blues aux standards). C’est un peu l’homme des dérapages contrôlés. Joachim Kühn, un autre chercheur, a joué avec Ornette Coleman, dont il s’est beaucoup inspiré pour son harmolodie en piano solo. Kühn est un homme de rencontres. Il va phosphorer les blues de Shepp, qui se laisse des fois aller à des ballades et du blues en fin de concert ! »

Le lendemain, JazzOnze+ accueille un nouveau venu : Christian Scott, star montante de la trompette. « Il se situe dans le sillage du grand Miles, précise Serge Wintsch, ce qu’il reconnaît lui-même volontiers. On pourrait craindre les musiciens caméléons, mais ce n’est pas son cas. Ce n’est pas non plus un musicien fermé sur son style. Scott et ses jeunes musiciens constitue une entité organique : rien n’est donné au départ, mais, petit à petit, la musique se construit. C’est un peu comme dans sa Nouvelle-Orléans natale : pas besoin de faire des démonstrations spectaculaires pour exister. »

Le même soir se produisent encore le pianiste Oliver Tabeling avec le saxe Andy Scherrer, et l’oud Rabih Abou-Khalil avec le Joachim Kühn précité.
Avant l’hommage à Thelonius Monk du dimanche au MUDAC (par le Triosphère Cornaz-Hagmann-Petitmermet), le samedi voit trois exclusivités suisses : Odean Pope (saxe ténor) et son all star group, Dhafer Youssef Quartet (avec, au piano, Tigran Hamasyan) et le Trio Poursuite Marion-Lavanchy-Rochat accompagné par un invité surprise.

Frank Dayen

« Festival JazzOnze+ » à la Salle Paderewski de Montbenon et au Mudac (Lausanne), du 3 au 7 novembre. Tickets sur le site www.jazzonzeplus.ch et à la FNAC.

Voir en ligne : Festival JazzOnze+

Publié dans Scènes Magazine no. 227