Paris : Cités millénaires

, popularité : 12%

Palmyre, Alep, Mossoul, Leptis Magna : des noms qui résonnent comme les symboles millénaires du fabuleux patrimoine du monde arabe. Mais aussi comme autant de sites martyrs, défigurés par la folie ou la rapacité des hommes, ou menacés par leur négligence et par l’injure du temps. Les voici ressuscités le temps d’une exposition, au fil d’un voyage virtuel et d’une spectaculaire mise en scène immersive…

Vous pénétrez dans un sobre sas d’entrée ; une grande carte murale y situe les quatre sites autour desquels s’articule l’exposition. A présent, faites quelques pas et… envolez-vous ! Car c’est à un impressionnant survol que vous convient ces « Cités millénaires », grâce à la projection à très grande échelle d’images inédites captées par des drones et reconstituées en 3D par la société Iconem, avec laquelle l’IMA s’est associée pour cette exposition réalisée en partenariat avec l’Unesco.

Voyage virtuel de Mossoul à Palmyre
Votre premier rendez-vous sera avec Mossoul, en Irak, dont un gigantesque écran dévoile la physionomie actuelle, de très haut d’abord, puis en se rapprochant de plus en plus. Voici ses rues éventrées par les bombardements, ses monuments martyrisés par Daech ; les ruines de la mosquée al-Nouri où s’autoproclama l’État islamique, dont seul subsiste un morceau de mirhab. Et alors que vous planez doucement au-dessus, voici que la mosquée toute entière renaît de ses décombres pour retrouver virtuellement sa forme originelle.

Dans chacun des trois vastes espaces qui structurent l’exposition – après Mossoul : Alep, puis les sites archéologiques de Leptis Magna et de Palmyre réunis dans une même salle, le visiteur retrouvera une projection géante révélant l’état actuel du site et remontera le temps grâce à la suggestion en images virtuelles de la forme originale d’édifices emblématiques.

Jusqu’au 17 février 2019

Voir en ligne : Institut du Monde Arabe

Brèves Toutes les brèves

  • Paris : Alfred de Musset

    Pour sa première mise en scène avec la Troupe de la Comédie Française qu’il connaît bien pour avoir (...)