Paris : Masques, mascarades, mascarons

, par  Viviane Vuilleumier , popularité : 13%

L’exposition organisée par le Musée du Louvre évoque, à travers une centaine d’œuvres, la fonction paradoxale du masque, emblème de l’illusion, qui consiste à « dérober et produire un double ».

En Occident, depuis la haute Antiquité, il existe des hommes masqués. Le masque cache le visage au profit de son double et cette occultation révèle quelque chose. Il donne forme au mystère. Il appartient au registre sacré comme à celui du profane, à la vérité comme à la vanité, à la réalité comme à la fiction. Il épouvante et séduit, imite et trompe.

Dessins, sculptures, peintures, gravures montreront son rôle religieux dans le théâtre grec, sa force expressive, ludique et quelque peu diabolique dans la fête, le bal ou la comédie italienne, son empreinte funèbre au lit de mort et sa force pérenne et protectrice au tombeau. Seront aussi abordées la duplicité du masque dans le monde de l’allégorie, sa présence dans l’ornement sous la forme du mascaron qui ne semble rien d’autre qu’un avatar de la tête de la Gorgone coupée par Persée et placée sur les armes d’Athéna pour y conserver son pouvoir sidérant.

A voir du 19 juin au 22 septembre 2014

Voir en ligne : Musée du Louvre

Brèves Toutes les brèves

  • Paris : Alfred de Musset

    Pour sa première mise en scène avec la Troupe de la Comédie Française qu’il connaît bien pour avoir (...)