Londres : Stars et paillettes

, par  François LESUEUR , popularité : 22%

Longue et belle saison au ROH de Londres avec une pluie de stars, des créations mondiales, du répertoire, des œuvres rarement représentées flirtant avec des titres bien connus du public.

Début des festivités en septembre avec Mozart et ses célèbres Noces de Figaro (Hengelbrock au pupitre, Stéphane Degout, Thomas Allen et Maria Bengtsson dans les rôles principaux, une production signée Jonathan Miller). Don Pasquale de Donizetti, toujours concocté par Jonathan Miller permettra d’entendre Iride Marinez et Barry Banks (septembre). Surprise avec Niobe, regina di Tebe de Agostino Steffani, ouvrage que fera découvrir Hengelbrock aux côtés de Lukas Hemleb avec Véronique Gens en tête d’affiche.
Les amateurs de David MacVicar se réjouiront de retrouver leur metteur en scène dans Rigoletto (octobre-novembre), dirigé par Dan Ettinger avec une distribution où alterneront Dmitri Hvorostovsky et Pablo Gavanelli, Eglise Gutierrez et Wookyung Kim. A la même période Gounod et son Romeo et Juliette sera proposé : Daniel Oren aux commandes musicales, Nicolas Joel à la régie disposant de Piotr Beczala, de Nino Machaidze et de Stéphane Degout, le prometteur baryton français.

Le baryton Stéphane Degout sera à l’affiche de « Romeo et Juliette » de Gounod

Pas de fêtes de noël sans Humperdinck et son Hänsel und Gretel conçu par Caurier et Leiser avec Christine Rice, Allish Tynan, Thomas Allen et Jane Henschel. Avec une affiche aussi glamour que celle-ci : Kaufmann/Gheorghiu, secondée par Angeles Blancas Gulin, le mois de novembre sera chaud, pour une Adriana Lecouvreur de Cilea très attendue que dirigera Mark Elder et que réalisera scéniquement David MacVicar. Après une longue absence, retour de Tannhäuser au Covent Garden en décembre : pour ce faire, Semyon Bychkov et Tim Albery et sur scène Eva-Maria Westbroeck, Johan Botha, Michaela Schuster et Christian Gerhaler. Avant la première mondiale de Mark-Anthony Turnage intitulée Anna Nicole , Rossini ( Barbier par Caurier-Leiser en janvier et février) et Mozart ( La flûte signée MacVicar et conduite par David Syrus en février) auront été conviés. Antonio Pappano s’attèlera à cette nouvelle partition attendue en février et mars, qui sera mise en scène par Richard Jones avec Eva-Maria Westbroeck, Gerald Finey, Susan Bickley, Lore Lixenberg et Alan Oke.
Les fans de Roberto Alagna retrouveront leur ténor préféré en mars-avril dans Aida de Verdi (Luisi à la baguette, Carosi, Borodina en rivales), ceux de Rolando Villazon se ruant sur Werther (Pappano, mise en scène Benoît Jacquot) avec comme à la Bastille en 2010 la superbe Sophie Koch et Alain Vernhes. Entre temps Nina Stemme aura chanté Fidelio sous le regard de Jürgen Flimm et Kirill Petrenko au pupitre, en compagnie de Endrik Wottrich et Kurt Rydl, Simon Keenlyside retrouvant le rôle-titre de Macbeth qu’il vient de mettre à son actif, cette fois dirigé par Pappano et Phyllida Lloyd (Martina Serafin, Dimitri Pittas et Raymond Aceto complétant le plateau).

Sophie Koch sera à l’affiche de « Werther »
© Colette Masson

Une nouvelle production de La fiancée du Tsar de Rimsky-Korsakov devrait enchanter le public puisqu’elle a été confiée à Mark Elder et à Paul Curran : à l’affiche Marina Poplavskaya, Johan Reuter, Ekaternia Gubanova et Paata Burchuladze (avril). Retour de la Tosca de Puccini en juin-juillet avec trois Floria au style bien différent, Mattila, Serafin et Gheorghiu en alternance avec la star Kaufmann et Marcello Giordani, Juha Uusitalo et Bryn Terfel. Ben Heppner endossera les habits du marin Peter Grimmes de Britten en juin et juillet dirigé par Andrew Davis, dans une mise en scène de Willy Decker : à ses côtés Amanda Roocroft, Jonathan Summers, Matthew Best et Jane Henschel. Retour du tandem Caurier-Leiser en fin de saison avec Madama Butterfly défendue par Patricia Racette et le chef Andris Nelsons, avant de conclure avec la Cendrillon de Masssenet et un cast de rêve constitué de Joyce DiDonato, Alice Coote, Jean-Philippe Lafont, Ewa Podles et Eglise Gutierez, dirigé par Bertrand de Billy dans une production déjà ancienne de Laurent Pelly. A ne pas manquer Les pêcheurs de perles de Bizet en version de concert les 4 et 7 octobre dirigés par Pappano avec Nicole Cabell, John Osborn, Gerald Finley et Raymond Aceto.

En parallèle programmation pointue dans la salle du Lindury Studio Theatre avec une nouvelle production de Philipp Glass, In the penal colony (Rafferty et McCarthy septembre), le nouvel opus d’Alexander Goehr, Promised end , donné en première mondiale le mois suivant (Ryan Wigglerworth et James Conway), ainsi que The Duenna une recréation mondiale de Thomas Linley Sr et Jr (Joseph McHardy et Michale Barker-Caven) toujours en octobre, Seven angels de Luke Bedford étant créée en fin de saison.

François Lesueur

Voir en ligne : Royal Opera House, London