Montpellier : Une saison variée

, par  François JESTIN , popularité : 13%

C’est au Corum que sont conviés les spectateurs cette saison, pour cause de travaux de réaménagement du théâtre de la Comédie.

Ouverture festive de la saison avec La Chauve-Souris en version française, sous la baguette du directeur musical Lawrence Foster, dans la réalisation de Jean-Louis Grinda, et une solide distribution vocale : Sophie Marin-Degor, Carmen Oprisanu, Mélanie Boisvert, Marc Laho, Jean-François Vinciguerra. Viennent ensuite deux titres de Rossini, en démarrant avec Semiramide en novembre, dans la production du Deutsche Oper de Berlin, signée de Kirsten Harms : direction d’Antonino Fogliani, avec Laura Aikin, Varduhi Abrahamyan, Simon Orfila, David Alegret. Place au buffo pour les fêtes de fin d’année, avec Il Barbiere di Siviglia , dans une mise en scène à nouveau en provenance du Deutsche Oper de Berlin (réalisée par Katharina Thalbach) : le chef Stefano Ranzanio sera au pupitre, Ketevan Kamoklidze et Etienne Dupuis distribués en Rosina et Figaro.

Cecilia Bartoli, en récital de 6 octobre
© Universal-Decca Music Group

Une œuvre est représentée chaque saison en version de concert, sous la direction de Lawrence Foster, le choix s’est porté cette fois sur Samson et Dalila (janvier), avec Badri Maisuradze et Hadar Halevi dans les rôles principaux, entourés par Marc Barrard, David Bizic, Nicolas Cavallier.

Deux nouvelles productions du répertoire italien viennent compléter la saison montpelliéraine : en mars Rigoletto , dans la réalisation visuelle de René Koering, avec Maya Boog (Gilda), Alberto Gazale (Rigoletto), Andrej Dunaev (il Duca), direction musicale de Gregor Bühl. Enfin Jean-Paul Scarpitta proposera sa vision de Manon Lescaut de Puccini : le chef d’orchestre Alexander Vakoulsky dirigera Irina Oknina dans le rôle-titre, Enrique Ferrer (Des Grieux), Marc Barrard (Lescaut).

La saison de concerts est également de grande valeur, avec entre autres les chefs d’orchestre Alain Altinoglu, Lawrence Foster, Hervé Niquet ou encore Jales Conlon, et la venue de Cecilia Bartoli (le 6 octobre), pour un programme inspiré de son dernier disque Sacrificium.

François Jestin

Voir en ligne : Opéra de Montpellier