Théâtre de la Ville
Paris : “Cédric Andrieux“

Nouvelle performance de Jérôme Bel, consacrée cette fois à Cédric Andrieux.

Article mis en ligne le mars 2010
dernière modification le 30 mars 2010

par Stéphanie NEGRE

Avec Cédric Andrieux, présenté les 14, 15 et 16 décembre 2009 au Théâtre de la Ville, Jérôme Bel enrichit sa série de performances consacrées aux interprètes.
Après, entre autres, une ballerine de l’Opéra de Paris et un danseur de la Jose Limòn dance company, il donne la parole à Cédric Andrieux qui fut pendant huit ans danseur dans la Merce Cunningham dance company avant d’intégrer le Ballet de l’Opéra de Lyon.

Le principe de la performance est simple : seul sur scène, Cédric Andrieux raconte son parcours s’interrompant parfois pour danser des morceaux de ballets qui l’ont marqué.

« Cédric Andrieux »
Photo Herman Sorgeloos

Après des études au conservatoire de Paris couronnées par le premier prix en danse contemporaine, il suit son amoureux aux Etats-Unis où il entre, après une audition, dans la compagnie de Merce Cunningham. Il nous conte son travail quotidien, leçons puis répétitions, la souffrance physique, le manque d’échange avec le maître. Il nous donne également des éléments précieux pour comprendre les recherches de Merce Cunningham, notamment son désintérêt pour l’interprétation par rapport au mouvement dans l’instant jusqu’à « pousser le danseur au-delà de ce qu’il sait faire et voir comment il s’en sort, ce que cela provoque en lui… quitte à ce que cela soit différent de ce qu’il avait envisagé ». Cédric Andrieux livre sans fard son ressenti, sa lassitude et son manque de confiance en lui jusqu’au dénigrement. Il revient souvent sur son exigence extrême et constante qui l’amène à douter en permanence de son talent, alors même que Merce Cunningham lui confie son propre rôle dans Biped, alors même qu’il intègre une des plus prestigieuses compagnies nationales – le Ballet de l’Opéra de Lyon – quand il rentre en France pour travailler un nouveau répertoire.

Cédric Andrieux est le témoignage passionnant et rare d’un interprète sur son travail quotidien. D’un point de vue historique, il nous livre des clés afin de comprendre le travail de Merce Cunningham. D’un point de vue plus général, il est l’occasion de découvrir un homme sincère et attachant qui, par sa générosité et son courage de se mettre à nu, fait réfléchir sur le destin et tout ce qui peut le façonner.

Stéphanie Nègre

Le Théâtre de la Ville accueillera le Ballet de l’Opéra de Lyon pour, en alternance, du 18 au 20 mai 2010, « The show must go on » de Jérôme Bel et un programme de trois ballets du 15 au 23 mai 2010, une création de l’Américain Ralph Lemon, « Beach Birds » de Merce Cunningham et « Set and Reset / Reset » de Trisha Brown.