Théâtre du Rond-Point
Paris : « Press »

Pierre Rigal fait les beaux soirs du Rond-Point

Article mis en ligne le 2 novembre 2012
dernière modification le 3 novembre 2012

par Viviane Vuilleumier

Le Théâtre du Rond-Point accueille, en novembre, plusieurs spectacles avec Pierre Rigal. Après Micro (13 nov.-1er déc.), il y aura Press (15-18 nov.), puis Arrêts de jeu avec Aurélien Bory (20-24 nov.) et enfin Théâtre des opérations (22-25 nov.). Un mois très athlétique !

« Press » met en situation l’image de l’homme moderne dans son immense banalité et en même temps dans son énigmatique complexité. Le corps de cet individu-produit, dandy inquiétant, est mu par l’enchaînement standardisé de ses propres automatismes, mais aussi par les rouages de son étroit espace vital.

« Press » de et par Pierre Rigal
© Frédéric.Stoll

Peut-être avec consentement, il se retrouve captif dans une pièce quasiment vide. Les modifications mécaniques de cet environnement physique et mental agissent sur son corps, l’obligeant à adapter en permanence son positionnement et son mouvement. Il est alors entraîné dans une absurde et angoissante impasse...

Sportif de haut niveau, Rigal se tord, vibre, s’électrifie. Il lutte contre les éléments. Il se fait le démiurge d’une scène où tout est à réinventer. L’artiste transforme l’espace clos en usine à refaire le monde, les êtres et leurs mouvements, dans une totale occupation des sols. Ahurissant.

Du 15 au 18 novembre 2012

A noter que Pierre Rigal présente également, au Rond-Point :

- « Micro », du 13 novembre au 1er décembre. Événement du Festival d’Avignon en 2010, épopée lyrique et drôle, Micro, écrit pour cinq danseurs / rockeurs dont Pierre Rigal lui-même, raconte la confusion des corps en prise avec un rock convulsif, organique, tripal et tribal.

« Micro »
© Pierre Grosbois

- « Arrêts de jeu » avec Aurélien Bory, du 20 au 24 novembre. Pierre Rigal écrit Arrêts de jeu au milieu des années 2000. Il s’inspire d’un match de football devenu mythique, le « France-RFA 1982 », qui aura laissé pour beaucoup un goût de traumatisme et d’inachevé.

- « Théâtre des opérations » du 22 au 25 novembre. Spectacle ou performance, Théâtre des opérations donne un sens inédit au plateau, au théâtre, au corps et aux outils qui le représentent. Ici, la guerre, à la fois évidente et mystérieuse, devient charnelle. Elle se fait corps, se meut, respire et vit. Elle prend forme, et les corps eux-mêmes deviennent des appareils de combat ou des machines à rêver, avant de former des tableaux tremblants d’une humanité absolue.