Galerie Interart, Genève
Genève : Matta, les débuts

Roberto Matta à la Galerie Interart

Article mis en ligne le 28 novembre 2012
dernière modification le 30 janvier 2013

L’artiste surréaliste Roberto Matta est à l’honneur à la galerie Interart. Une trentaine d’œuvres sur papier illustreront la richesse d’expression de cet artiste très prolifique dans la meilleure période de sa carrière, entre 1935 et 1950, correspondant à ses premières années surréalistes à Paris et à New York.

Né à Santiago du Chili en 1991, Roberto Matta arrive à 20 ans à Paris où il travaille pour Le Corbusier ; rapidement il délaisse l’architecture et rejoint les surréalistes, dont il incarne le renouveau du mouvement pour André Breton. Lorsque la Deuxième Guerre Mondiale éclate, Matta se réfugie à New York et fréquente rapidement la jeune avant-garde. Sa peinture exercera une influence importante sur le nouveau développement de la peinture américaine, jouant notamment le rôle de catalyseur auprès des jeunes artistes de l’École de New York (notamment Gorky, Motherwell, Rothko, Baziotes).

Dans l’univers esthétique qu’il développe, cet éternel voyageur marie la poésie, le rêve et les sciences. Ses œuvres, aux couleurs souvent très vives, évoluent vers des formes anthropomorphiques plongées dans un espace multidimensionnel et envahies d’une frénésie mécanique qui témoigne des rites cruels et des conflits du monde moderne, ou qui annonce la future condition de l’homme.

Le dessin occupe une place essentielle dans son œuvre, comme espace de recherche esthétique et comme cartographie de ses pensées et espaces intérieurs pour le développement de ses “morphologies psychologiques“. Celles-ci sont le résultat d’une nouvelle technique qu’il expérimente : il étale la couleur sur la toile avec un chiffon, ce qui décide du tracé ultérieur du pinceau et pourrait être défini comme un procédé de “peinture automatique“...

A voir jusqu’au 25 janvier 2013