Palazzo Reale, Milan
Milan : Segantini

Une première !

Article mis en ligne le 16 septembre 2014
dernière modification le 19 janvier 2015

Giovanni Segantini, un artiste qui a connu une notoriété extraordinaire de son vivant avant d’être partiellement redécouvert par la critique italienne et internationale à travers plusieurs phases du XXe siècle, est protagoniste de la grande exposition anthologique que le service Culturel de la Ville de Milan, Palazzo Reale et les éditions Skira organisent pour cet automne, en collaboration avec la Fondation Mazzotta.

Pour la première fois à Milan convergeront 126 œuvres provenant de musées et de collections privées d’Europe et des États-Unis, qui seront présentées en huit sections, dont chacune est consacrée à un aspect de l’art de Segantini.

Misant sur des œuvres majeurs, dont quelques-unes n’étaient plus vues dans notre pays depuis au moins cent ans, cette exposition se propose d’offrir au grand public comme à la communauté des spécialistes un panorama, le plus complet possible, de l’œuvre de Giovanni Segantini afin de leur faire découvrir – ou redécouvrir – sa surprenante puissance.

Milan a joué un rôle fondamental dans la courte vie de l’artiste. Né en 1858 à Arco di Trento, à cette époque « terre irrédente » placée sous la domination de l’empire des Hasbourg, il meurt à quarante et un ans en 1899 en Engadine. Giovanni Segantini a toujours considéré l’Italie comme sa patrie, bien qu’il n’ait pu réussir à obtenir ni la nationalité italienne ni un passeport, l’Autriche ayant continué à refuser de l’affranchir des liens de citoyenneté après qu’il fût devenu célèbre et l’ayant même condamné à mort par contumace pour n’avoir pas fait son service militaire. Pour cette raison, limité par sa situation d’apatride, il ne put circuler qu’entre l’Italie du Nord et les Grisons, ce qui limita considérablement ses possibilités d’accès direct à l’art contemporain étranger.

A voir du 18 septembre 2014 au 18 janvier 2015