Fondation Beyeler, Riehen
Riehen : Alexander Calder Gallery III

Galerie tournante

Article mis en ligne le 3 octobre 2014
dernière modification le 8 septembre 2015

C’est dans le cadre d’un partenariat de longue durée entre la Fondation Beyeler et la Calder Foundation (New York) qu’est née l’idée d’une Alexander Calder Gallery tournante, une série de trois expositions mettant l’accent sur différents aspects spécifiques de l’œuvre du sculpteur américain. On a pu voir la première en 2012, la deuxième en 2013. En septembre 2014, la Fondation Beyeler a inauguré la troisième exposition de cette série. L’Alexander Calder Gallery III est consacrée aux premières peintures abstraites de Calder, qui entretiennent un dialogue captivant avec ses sculptures révolutionnaires des années 1930.

Ces peintures abstraites rarement présentées au public marquent le passage décisif de la figuration à l’abstraction dans la création de l’artiste, tout en préludant à ses premières sculptures abstraites. Dans ces dernières, l’artiste ne se contente pas de faire surgir la dimension du mouvement : il introduit également des concepts novateurs tels que l’intervention du spectateur et l’interaction avec le son.

En 1926, Calder s’installe à Paris ; dans les années suivantes, il devient un habitué des milieux artistiques d’avant-garde, centre où bat le pouls du modernisme. Calder se fait rapidement connaître par le Cirque Calder, un travail de performance très apprécié, que beaucoup d’artistes contemporains viennent voir, parmi lesquels Piet Mondrian, qui invite à son tour Calder dans son atelier en octobre 1930. L’aménagement soigneusement conçu de ce local, où chaque objet relève d’une conception artistique et occupe un emplacement délibérément choisi, intrigue profondément Calder.

Après sa visite de l’atelier de Mondrian, Calter réalise ses premières toiles abstraites en l’espace de deux semaines ; il réduit la composition picturale à quelques éléments simples, qui nourrissent sa réflexion sur les relations spatiales fondamentales entre formes, couleurs, lignes et surfaces.

Les liens avec d’autres artistes modernes tels que Vassily Kandinsky ou Jean Hélion sont flagrants dans ces compositions. Calder y explore des thèmes et des motifs centraux qu’il transpose peu après en sculpture. Cette évolution aboutit finalement à ses sculptures abstraites de fil de fer, à l’invention du mobile en 1931 et à ses reliefs de tôle motorisés.

Les tableaux abstraits de Calder offriront aux visiteurs une découverte fascinante de l’œuvre de ce sculpteur tant apprécié. Cette troisième Alexander Calder Gallery réalisée en étroite collaboration avec la Calder Foundation clôt ainsi la trilogie présentée à la Fondation Beyeler.

Jusqu’au 6 septembre 2015