En Suisse romande
Genève : Festival “Filmar en America latina“
Article mis en ligne le novembre 2007
dernière modification le 25 octobre 2007

par Tahar HOUCHI

Avec plus d’une centaine de films, la 9e édition du festival Filmar en America latina affiche richesse et diversité. Miroir des problèmes actuels de l’Amérique latine, elle se veut aussi reflet de la gaieté et de la joie du continent véhiculées par ses diverses musiques et rythmes endiablés.

À l’approche des frimas de l’hiver, le désormais incontournable Filmar en America latina, le festival de référence en matière des cinémas et cultures d’Amérique latine qui célèbre sa 9e édition, propose une cuvée riche et diversifiée, à consommer durant trois semaines, à savoir du 9 au 25 novembre 2007.
Cette fête cinématographique affichant une moisson de plus de 100 films, tous genres confondus, aura lieu dans la mythique salle de l’Alhambra avec bien sûr des projections décentralisées allant de Ferney-Voltaire jusqu’à Bienne en passant par Lausanne et Versoix.

Moments forts
Ce bal filmique sera ouvert, le 9 novembre au soir, en avant-première, par un film uruguayen, El Baño del Papa (Toilette du pape) signé par Fernandes et César Charlone, et sera clôturé par El Benny du Cubain Jorge Luis Sanchez. Entre le premier film sortant de la sélection officielle cannoise 2007, Un Certain Regard, et le deuxième affichant une distinction, Prix d’interprétation, locarnaise, plus d’une centaine de films, regroupés sous forme de thématiques fortes, est proposée aux 17 500 spectateurs et inconditionnels de Filmar.
Parmi les moments forts de cette nouvelle édition, on note notamment cette Fenêtre sur le cinéma cubain et la section Pillage ou gestion durable des ressources naturelles. Tandis qu’à travers le premier programme, les organisateurs cherchent à rendre hommage au cinéma cubain avec la projection de plus d’une trentaine de films, dont plusieurs sont signés par Fernando Perez ou par de jeunes réalisateurs cubains ou suisses ayant tournés à Cuba, dans le deuxième ils explorent, à travers une série de documentaires récents, les problèmes actuels comme le rapport à la terre, la déforestation, la pollution et le pillage de certaines ressources naturelles (eau, pétrole, minerais). Une question revient sans cesse dans divers pays : pourquoi les populations locales profitent-elles si peu des richesses de leur sous-sol ? ou en subissent-elles les conséquences si désastreuses sur le plan environnemental ?
Quant à la traditionnelle section Regards actuels : panorama du cinéma latino-américain récent, elle continue à être un espace pour les œuvres récentes. Ainsi une dizaine de films sera présentée, en primeur (avant-premières), et ce en collaboration des distributeurs suisses et une vingtaine de films inédits seront importés spécialement lors du festival. Contrairement aux années précédentes, largement dominées par le cinéma argentin, cette année la place est donnée à la diversité des cinémas de l’Amérique latine avec une attention particulière aux cinématographies moins connues comme celles du Chili, de la Colombie, du Pérou, de l’Uruguay, de Cuba et de l’Equateur, voire du Paraguay ou de la Martinique.

Carnets de voyage (Motorcycle Diaries), avec Rodrigo de la Serna et Gael Garcia Bernal. Copyright Paula Prandini

Eclectisme
Au sujet de cette programmation éclectique, le directeur artistique, Gérard Perroulaz nous a affirmés : « Nous respectons beaucoup notre public qui s’est montré chaque année très curieux pour découvrir la richesse de la production latino-américaine » Et il ajoute, « la programmation de cette année est un équilibre entre les films grand public et des films d’auteurs, voire de cinémathèque. Naturellement, on n’a point oublié la verve créative des jeunes réalisateurs et ce, que ce soit à travers le court-métrage, ou par le biais du documentaire. Jeunesse et renouveau du cinéma ? Une dizaine de films long-métrages documentaires ou de fiction sont des premiers ou deuxième films de réalisateurs et réalisatrices d’une trentaine d’année  ».
On ne peut que lui donner raison quand on sait que dans les autres sections, on trouve également des films touchant à divers sujets pertinents. Parmi eux figurent les films célébrant les quatre-vingt ans de l’auteur et scénariste Gabriel Garcia Marquez et les 100 ans de la naissance de Frida Kahlo. Le cinéma classique n’est point négligé puisque des classiques du cinéma latino-américain, parmi lesquels on trouve des films de l’icône du cine novo brésilien, Glauber Rocha et 4 classiques des années 40 du Mexicain Emilio Fernandez, seront proposés aux cinéphiles exigeants.
Enfin, l’autre nouveauté, qu’on ne peut point passer sous silence, est la création de deux Prix du public qui distingueront le meilleur documentaire et la meilleure fiction, respectivement offert par Green Peace et Helvetas. A vos chaises et à vos stylos !

Tahar Houchi

Infos : www.filmaramlat.ch