Scènes lyriques parisiennes
Paris : Rendez-vous musicaux SM 199
Article mis en ligne le novembre 2007
dernière modification le 6 décembre 2007

par François LESUEUR

A l’affiche du Palais Garnier, heureuse reprise d’Alcina de Haendel, mise en scène par Robert Carsen originellement pour Renée Fleming. Du 22 novembre au 26 décembre, Emma Bell et Inga Kalna interpréteront le rôle de la magicienne sous la férule de Jean-Christophe Spinosi, avec Vesselina Kasarova (Ruggiero), Olga Pasichnyk (Morgana), Sonia Prina (Bradamante), Xavier Mas (Oronte), François Lis (Melisso) et Judith Gauthier (Oberto). Le 18, Yvonne Naef, Ferruccio Furlanetto et Mikhail Petrenko chanteront Moussorgsky et Messiaen en compagnie de Pierre-Laurent Aimard. Concert symphonique le 29, Salle Pleyel dirigé par Cornelius Meister à la tête de l’Orchestre de l’Opéra National de Paris : au programme, Strauss et Fenelon avec la création de Judith, commande de l’ONP, mélodrame en un acte d’après Friedrich Hebbel assumé par la soprano Jeanne-Michèle Charbonnet.
La fin de l’année sera swinguante au Théâtre du Châtelet avec un événement de taille : le 50ème anniversaire de la création de West Side Story. A cette occasion la production originale, bien rodée, sera présentée du 20 novembre 2007 au 1er janvier 2008. Le chef-d’œuvre de Bernstein chorégraphié par Jerome Robbins, sera dirigé par Donald Chan, la mise en scène et les ballets remontés spécialement par Joey McKneely. Un grand spectacle qui devrait ravir parents et enfants. Le 10 novembre les Concerts Pasdeloup joueront « Un festin chez Offenbach », dirigé par Jean-Christophe Keck avec Ghyslaine Raphanel, Marie-Thérèse Keller, Eric Huchet, Frank T’Hézan et Franck Leguérinel, spectacle gastronomique et œnologique. Eclectisme toujours les 5, 6 et 7 novembre avec 3 soirées animées par la comédienne et chanteuse espagnole Victoria Abril qui interprétera Brassens, Nougaro Vian, Ferré et Trenet.
Le Théâtre des Champs-Elysées présente du 7 au 11 novembre The rake’s progress de Stravinsky dirigé par John Nelson avec l’Ensemble Orchestral de Paris et conçu par André Engel. Les rôles principaux seront tenus par Gregory Reinhart (Trulove), Olga Peretyatko (Ann), Thomas Randle (Tom), David Pittsinger (Nick Shadow), Marijana Mijanovic (Baba the Turk) et Simeon Esper (Sellem). Puis du 21 au 24 novembre, William Christie et les Arts Flo joueront Il sant’Alessio de Stefano Landi, drame musical en 3 parties, monté par Benjamin Lazar avec : Philippe Jaroussky (Sant’Alessio), Max Emanuel Cencic (Sposa), Alain Buet (Eufemiano) et Xavier Sabata (Madre).
Hervé Niquet et le Concert spirituel sont attendus le 26 avec un programme de Grands motets de Rameau avec les voix de Stéphanie Révidat, Hanna Bayodi, Mathias Vidal, Marc Mauillon et Stephan MacLeod. Le cycle Grandes Voix se poursuit le 10 avec une exécution du Voyage d’hiver de Schubert par Matthias Görne accompagné par Elisabeth Leonskaya ; le 12, Magdalena Kozena et le Venice baroque Orchestra dirigé par Andrea Macon interpréteront des œuvres de Haendel et de Vivaldi ; le 30, Marie-Nicole Lemieux et Jean-Christophe Spinosi seront réunis pour un programme intitulé « La tragédie chez Haendel » où alterneront Amadigi di Gaula, Giulio Cesare, Rodelinda, Messiah, Hercules, Ottone, Orlando et Theodora.
Du côté de la Salle Pleyel, signalons les concerts des 22 et 24 novembre au cours desquels l’Orchestre de Paris placé sous la conduite de Christoph Eschenbach accompagneront Karita Mattila dans la scène finale de Salomé de Strauss, après avoir interprété Strauss et Mozart, tandis que le 28, Pierre Boulez dirigera des œuvres de Webern, Messiaen, Stravinsky et Boulez.
La présence du chef Esa-Pekka Salonen à la tête du Los Angeles Philharmonic devrait attirer de nombreux fans. Le 6, poursuite de l’intégrale des symphonies de Sibelius (la seconde), couplée à une œuvre de Salonen Wing on wing et au Retour de Lemminkainen de Sibelius avec les sopranos Anu Komsi et Pila Komsi. Le 9, Michel Tabachnik dirige le Noord Nederlands Orkest dans un programme Scriabine « Mystère », restitution de la partition restée inachevée chantée par Susan Narucki (soprano). Gardiner joue Brahms les 15, 16 et 18 : l’Orchestre Révolutionnaire et Romantique, le Monteverdi Choir et les solistes Nathalie Stutzmann, Camilla Tilling et Matthew Brook interpréteront des pages de Brahms, Schubert, Mendelssohn, Heinrich Schütz, Johan Rudolf Ahie et Johan Sebastian Bach. L’Orchestre Pasdeloup placé sous la baguette de Wolfgang Doener sera en concert le 24 avec le baryton Marc Mauillon (Mahler, Mozart, Stravinski et une création de Nicolas Mondon « Berceuse ».
A signaler à la Cité de la Musique, le cycle Visions wagnériennes, le 3 avec la présentation du film de Fritz Lang Die Nibelungen de 1924, accompagné par la musique de Gottfried Huppertz interprétée par l’Orchestre de la Radio Flamande sous la direction de Frank Strobel. Le 4, le chef Alain Altinoglu conduira l’Orchestre de chambre Pelléas pour un programme mis en espace par Frank Thézan où l’on pourra écouter Fauré, Messager, Offenbach, Chabrier et Oscar Strauss avec les voix de Jeanne-Marie Levy, Marie-Bénédicte Souquet, Rodolphe Briand et Eric Huchet. Le 7, Susanna Mälki dirigera l’EIC et Christiane Lobor dans des œuvres de Karlheinz Stockhausen, Bent Sorensen, Wolfgang Rihm et Franz Schreker. Place à Copland et à Britten le 17, conduits pas Leonard Slatkin et l’Orchestre Philharmonique de Radio France en compagnie de Gillian Webster, Catherine Wyn-Rogers et Thomas Randle. Haydn et Les saisons le 20, dirigées par Pierre Cao et l’Orchestre du Conservatoire de Paris et les solistes Deborah York, Andreas Weller et Klaus Maertens. Le célèbre Café Zimmermann avec les Chantres du Centre de musique baroque de Versailles seront conduits par Gustav Leonhardt le 23 pour des cantates de Bach chantées par Monika Frimmer, Robin Blaze, Charles Daniels et Stephan MacLeod. Le 25 le Philharmonique de Radio France placé sous la direction de Christian Zacharias jouant Haydn, Gluck et Mozart avec Johanette Zomer et Helena Rasker.

“Roméo et Juliette“ avec le Ballet de l’Opéra national de Paris. Crédit : Bernd Uhlig / Opéra national de Paris

Vu et entendu : pari réussi pour la chorégraphe allemande Sasha Waltz qui s’est emparée du Roméo et Juliette mis en musique par Berlioz, avec une imagination et une grâce infinies (Opéra Bastille 8 octobre).

Ailleurs en France : Après un ravissant Elixir d’amour donné l’an dernier, Davide Livermore s’attaque à Rossini avec La Cenerentola, confiée à la belle mezzo américaine Kate Aldrich (Montpellier-Comédie du 18 au 25 novembre).

François Lesueur