Fondation Baur, Genève
Genève : « Genèse de l’Empire céleste »

Dragons, phénix et autres chimères...

Article mis en ligne le 26 février 2021

A l’affiche de la Fondation Baur, une exposition qui illustre l’intérêt que la Chine ancienne a porté à la cosmologie, puis à l’astronomie.

« Bixie ». Dynastie Han
Verre ; 13,5 × 17,4 cm. © Collection Sam et Myrna Myers, photo Thierry Ollivier

Depuis des temps immémoriaux, la Chine s’est intéressée au Grand Récit de l’Univers. Avant même les premières dynasties, des guetteurs du Ciel relèvent le mouvement des corps célestes. La cosmologie, puis l’astronomie deviennent des sciences d’État et les souverains - les Fils du Ciel - seront les garants de cette mise en écho du ciel et de l’Empire. Aussi la Chine appartient-elle autant au Ciel qu’à la Terre.

Comme le montre l’exposition “Genèse de l’Empire céleste”, l’histoire de ces épousailles peut se déchiffrer à travers le prisme du jade : établissant un pont de quatre-vingts siècles, cette pierre vénérable est en effet un miroir réfléchissant du Ciel, de la Terre et des hommes ; sa beauté tout intérieure enchante autant qu’elle interroge.

Symboles emblématiques, bestiaire mythique ou instruments rituels illustrent ce propos, invitant à découvrir quelques 200 œuvres insignes émanant de la collection de Sam et Myrna Myers, initiée en Suisse en 1966, à l’occasion de leur visite de la galerie d’art de Vladimir Rosenbaum à Ascona. D’autres gemmes, agates, turquoises, cristaux ainsi que de délicates étoffes liturgiques en soie rehaussées de fils d’or viennet compléter cet ensemble exceptionnel.

Jusqu’au 18 avril 2021