Notule DVD - SM 201 : “L’amour des trois oranges“ de Prokofiev

Commentaires sur deux nouvelles parutions, tout aussi recommandables et complémentaires.

Article mis en ligne le février 2008
dernière modification le 5 février 2008

par François JESTIN

Tiré de la pièce de Carlo Gozzi, l’Amour des trois Oranges de Prokofiev est un chef-d’œuvre d’extravagance et d’originalité. Un Prince est plongé dans une profonde mélancolie, et le médecin lui prescrit le rire comme remède-

Mais rien n’y fera, sinon la Fée Morgane à l’acte II, qui tombe accidentellement les quatre fers en l’air. Des princesses à délivrer dans des oranges, et encore de nom-breux rebondissements avant le final, la géniale musique de Prokofiev traduit parfaitement les situations, avec une célèbre marche qui revient en leitmotiv.

Ces deux nouvelles parutions sont tout aussi recommandables et complémentaires. D’abord la version russe, filmée au festival d’Aix-en-Provence lors de son édition 2004 : l‘équipe vocale est jeune et homogène, sous la direction inspirée et pleine de relief de Tugan Sokhiev. La mise en scène de Philippe Calvario, plutôt sensuelle et gentiment déjantée, reste souvent dans des tons sombres.

Enregistrée dans la version originale française la saison dernière, la représentation donnée à l’Opéra de Paris Bastille rassemble une distribution plus internationale : le ténor souple et musical Charles Workman (le Prince), la jolie Hanah Esther Minutillo (la Princesse Clarice), l’inquiétante Béatrice Uria-Monzon (Fata Morgana), ou encore José van Dam (Tchélio). La production de Gilbert Deflo est jubilatoire et colorée, en penchant souvent vers la commedia dell arte, et la direction musicale de Sylvain Cambreling de très belle tenue. (1 DVD Bel Air classiques / 1 DVD TDK)

François Jestin