Lausanne : entretien avec Thomas Demenga - commentaires