Autoriser les iPhones durant les examens

Réactions et commentaires
samedi 6 février 2010
par  Équipe des iLES
popularité : 4%

Actuellement, les calculatrices programmables et les portables sont interdits durant les épreuves. Ne serait-il pas préférable d’apprendre à utiliser ces outils aux élèves et de leur en conseiller l’usage durant les examens ? Comment concevoir une épreuve durant laquelle les étudiants auraient droit à leur iPhone (ou à un ordinateur connecté à Internet) ?

PNG - 122.3 ko
Cliquez sur l’image pour obtenir un aperçu des possibilités de Wolfram|Alpha.

Commentaires  forum ferme

Logo de Bernard Vuilleumier
lundi 5 avril 2010 à 13h16 - par  Bernard Vuilleumier

Il faut attirer l’attention des pédagogues sur cette évolution qui me paraît inéluctable. On peut aussi mentionner l’unanimité des experts sur ce point et se réjouir de l’ubiquité qui sera bientôt celle de Wolfram Alpha !

Logo de Équipe des iLES
mardi 23 février 2010 à 19h12 - par  Équipe des iLES

L’équipe Math & Sciences est ravie d’apprendre que le Danemark cherche à :

intégrer les Tice dans les examens et les programmes, afin de favoriser leur intégration dans les enseignements et de réduire l’écart entre les pratiques quotidiennes de recherche en ligne pour les devoirs et les situations d’examen. Le recours à Internet est ainsi autorisé au « bac » pour de nombreuses épreuves comme le Danois, les matématiques ou les sciences sociales (en Suède, tous les tests de langue font déjà appel aux Tice). Le pays table sur le fait, qu’aujourd’hui, il est beaucoup plus utile de savoir trouver une information pertinente de manière rapide sur internet, que d’apprendre par coeur une liste de données. Cela nécessite certes de revoir les modalités de l’examen et de prendre en compte les nouvelles compétences que doit acquérir l’apprenant

Extrait de : Réussir l’école numérique, Rapport de la mission parlementaire de Jean-Michel Fourgous, député des Yvelines, sur la modernisation de l’école par le numérique. 15 février 2010.

Logo de Bernard Vuilleumier
lundi 22 février 2010 à 10h21 - par  Bernard Vuilleumier

Dans certains pays, c’est déjà le cas ! Voir Réussir l’école numérique, Rapport de la mission parlementaire de Jean-Michel Fourgous, député des Yvelines, sur la modernisation de l’école par le numérique.

Logo de Gaston Lagaffe
mercredi 17 février 2010 à 09h20 - par  Gaston Lagaffe

Les choses évoluent !
En réponse à tous ceux qui se réfugient derrière la déclaration « on n’a jamais vu ça » ou encore « nous n’avons pas été formés pour ça »
Did you know 4.0

Logo de Vincent Udriot
mardi 9 février 2010 à 20h57 - par  Vincent Udriot

C’est un très bon questionnement que voici ! Les nouvelles technologies sont de plus en plus présentes dans les écoles, mais le cap d’une totale intégration est encore relativement loin d’être effectué. Le facteur technologique est une source de motivation pour les élèves, c’est sûr, il suffit de voir qu’ils sont plus attentifs quand il y a un ordinateur ou un quelconque écran intégré dans le cours.

Ce n’est pas une évolution qui doit se faire, mais une révolution. Il faut, à mon avis, amener toutes ces nouvelles technologies dans les salles de cours et ceci demande (comme le dit l’article) un changement radical de la manière d’enseigner. En effet, l’appris par coeur n’est plus d’actualité, l’école n’est plus assez proche du monde "réel" (La vie de tous les jours et le monde du travail), il faut apprendre aux élèves à se débrouiller, leur apprendre à chercher des informations et les utiliser dans différentes situations, car c’est comme ça qu’on est amené à faire dans la vie et aujourd’hui tout ceci se fait avec la technologie.

L’avenir n’est plus au papier, mais à l’écran et je constate que la grande majorité des étudiants/élèves ne savent pas se servir d’un ordinateur, la majorité des gens ne savent que le strict minimum, c’est-à-dire comment allumer un ordinateur, aller sur Google et Facebook ainsi que chater sur MSN.
Je suis donc d’avis que l’école peut et doit jouer un rôle dans cet apprentissage, ceci passe donc par une nouvelle formation des enseignants qui ignorent pour la plupart comment se servir correctement d’un ordinateur (Un professeur, dont je tairai le nom, nous a même dit l’année passé que les sites en .org étaient des sites fiables au niveau de l’information alors que tout un chacun peut avoir un nom de domaine en .org !!!) , ils devraient également avoir une formation continue correcte sur ces nouvelles technologies et sur la manière d’enseigner avec.

De plus, Il faut penser aux dérives que peuvent avoir ces technologies, souvent l’informatique est vue comme un outil fabuleux et on en oublie les risques et dérives. On peut voir différents problèmes, comme celui des autres utilisations possibles des appareils utilisés, par exemple l’Iphone qui n’est pas qu’un appareil très connecté et très équipé, c’est également un téléphone qui peut donc être utilisé pour appeler, écrire des SMS etc, il faudra alors trouver un moyen d’éviter qu’ils soient mal utilisés et éviter que les élèves ne soit plus attentifs au cours.

On oublie pour finir souvent un risque qu’on estime trop mineur, qui est celui de piratage. Il peut faire sourire voire carrément rire, mais on peut imaginer qu’un élève mal intentionné et suffisamment compétant puisse faire des dégâts au niveau du cours et de ses camarades, ceci reflète bien la société actuelle face aux technologies de l’information.
Si on utilise les nouvelles technologies de manière plus intense, il faudra donc inventer une nouvelle branche qui serait celle de la prévention aux risques des systèmes de l’information, car aujourd’hui, déjà, les élèves sont sous-informés quand il s’agit des dangers sur le réseau, ils ignorent TOUT des risques, de la manière de s’en protéger et du fonctionnement d’un ordinateur (chose qui s’inscrit dans la manière de se protéger, car comme l’éducation sexuelle, il faut savoir comment ça marche pour savoir comment se protéger).

En conclusion, on dire que rater toutes ces possibilités, c’est comme rater le train du futur dans la gare du présent, car plus les années avanceront plus la technologie prendra de la place dans notre vie, cessons cet enseignement vieillissant et réfléchissons à une manière d’apprendre plus proche de la réalité.
Je terminerai tout ceci en demandant aux enseignants surtout, comment pourrait-on adapter les épreuves et les différents travaux notés en incluant tout ces nouveaux moyens ?

Logo de Bernard Vuilleumier
lundi 8 février 2010 à 16h46 - par  Bernard Vuilleumier

WolframAlpha, qui peut être utilisé sur iPhone, mais aussi sur tout ordinateur relié à Internet, pourrait avoir des incidences importantes sur la façon d’enseigner. Les commentaires qui suivent cette présentation sur le blog de Wolfram sont intéressants de ce point de vue !