Cent mille milliards de poèmes de Raymond Queneau Quelques extraits

, par  Bernard Vuilleumier , popularité : 1%

Avec Cent mille milliards de poèmes (1961), Raymond Queneau réussit un exploit tant littéraire qu’éditorial. C’est un « livre-objet » qui offre au lecteur la possibilité de combiner lui-même des vers de façon à composer des poèmes répondant à la forme classique du sonnet régulier : deux quatrains suivis de deux tercets, soit quatorze vers. « Cent mille milliards » est le nombre de combinaisons possibles calculé par Queneau : « C’est somme toute une sorte de machine à fabriquer des poèmes, mais en nombre limité ; il est vrai que ce nombre, quoique limité, fournit de la lecture pour près de deux cents millions d’années (en lisant vingt-quatre heures sur vingt-quatre). »

Source : Wikipedia

Le fichier permettant de construire 478 millions de sonnets (4.78 ppm de l’œuvre complète) ne pèse que 11 KB.

Voir en ligne : Accéder à 478 millions de poèmes