Sensibilité en fréquence du système auditif

Courbes d’égale intensité
mercredi 28 mai 2008
popularité : 4%

Les courbes d’égale intensité décrivant les caractéristiques de la sensibilité en fréquence de notre système auditif ont été établies par Fletcher et Munson [1] en 1933. Un ensemble de courbes effectuées par Robinson et Dadson [2] ont donné lieu au standard ISO 226 en 1956. Un nouveau standard, établi en 2003 à partir des mesures de Susuki et al., est comparé sur le graphique ci-dessous avec les courbes de Fletcher et Munson.

PNG - 38.6 ko
Comparaison de courbes d’égale intensité
Graphique extrait de l’article Precise and Full-range Determination of
Two-dimensional Equal Loudness Contours
. Coordinateur : Yôiti Suzuki (Research Institute of Electrical Communication, Tohoku University : Japan).

Questions

  1. Quelles sont les grandeurs reportées sur un diagramme de Fletcher-Munson ?
  2. Comment ces courbes se présenteraient-elles si l’oreille avait la même sensibilité à toutes les fréquences audibles ?
  3. Pour une intensité de 40 dB, à quelle fréquence l’oreille est-elle la plus sensible ?
  4. Comment le seuil de perception auditive évolue-t-il avec la fréquence ?
  5. Pour quelle intensité et à quelle fréquence la différence entre les mesures de Fletcher et Munson et celles de 2003 est-elle la plus importante ?

[1H. Fletcher, and W. A. Munson, Loudness, its definition, measurement and calculation, J. Acoust. Soc. Am. 5, 82-108 (1933).

[2D. W. Robinson, and R. S. Dadson, A re-determination of the equal-loudness relations for pure tones, Br. J. Appl. Phys. 7, 166-181 (1956).