L’ordre et le chaos

La notion d’ordre implique l’idée d’une relation intelligible entre plusieurs éléments. Elle fait en général intervenir une succession régulière, qu’elle soit spatiale ou temporelle. On dira par exemple qu’une forme spatiale est ordonnée si elle peut être construite par un procédé géométrique descriptible en peu de mots. Un facteur d’ordre typique est l’existence d’une symétrie : la forme peut alors être engendrée par un ensemble de transformations. Et le mot chaos ? N’est-il que le contraire du mot ordre ? A l’origine, le terme chaos se référait aux ténèbres informes à partir desquelles, selon la Bible (Genèse 1:2), l’univers a été façonné. Depuis, le mot s’est humanisé. Le chaos désigne maintenant le plus souvent l’état d’affaires humaines aléatoires, irrégulières. Si on regarde dans un dictionnaire la définition du mot « chaos », on trouve : « confusion générale des éléments, de la matière, état désordonné, désordre complet ». D’après les sceptiques, le chaos est même l’état normal du monde. Ils postulent que les choses livrées à elles-mêmes évoluent vers la désorganisation et le désordre. Si l’ordre est défini positivement par un mécanisme générateur, le chaos des sceptiques, lui, ne peut être défini que négativement, par l’absence d’ordre évident. Il y a là une source de difficulté, car certaines lois génératives, de définition très brève, peuvent néanmoins conduire à des formes d’aspect chaotique. De l’ordre caché peut se dissimuler sous un chaos apparent.

Lettre précédente
Lettre suivante

Voir en ligne : Lettre au format pdf

Navigation