Us et abus du concept de masse

L’interprétation qui considère que la masse d’un corps augmente avec sa vitesse est une horreur épistémologique. L’adopter, c’est renier un des acquis les plus importants de la relativité restreinte : le temps n’est pas universel ; il ne s’écoule pas de la même manière dans tous les systèmes de référence.
En revanche, la masse est un invariant. Il est donc de loin préférable d’attirer l’attention sur ce « temps relatif », - véritable nouveauté conceptuelle - qui est seul responsable de la difficulté croissante d’accélérer une masse lorsque sa vitesse approche celle de la lumière, plutôt que de laisser entendre que la masse du corps augmente avec sa vitesse.

En géométrie hyperbolique le carré de l’hypoténuse d’un triangle rectangle n’est pas donné par la somme des carrés des deux autres côtés, mais par leur différence. Le vecteur énergie-quantité de mouvement de la particule a donc la même grandeur dans les trois systèmes de référence. On appelle cette grandeur masse de la particule.

Lettre précédente
Lettre suivante

Voir en ligne : Lettre au format pdf

Navigation