Le raisonnement déductif élémentaire

Aptitude humaine fondamentale ?
dimanche 5 mars 2017
par  Bernard Vuilleumier
popularité : 2%

En 1966, le psychologue anglais Philip C. Wason [1] se demande quelles sont les aptitudes humaines fondamentales en matière de déduction. Il met en doute l’idée que la logique classique constitue la structure de tout raisonnement déductif correct. Contrairement à Piaget, qui tient pour acquise l’existence d’une aptitude logique fondamentale, il se demande comment elle est mise en œuvre dans la résolution de problèmes simples.

Comprendre l’implication si P alors Q
L’expérience imaginée par Wason consiste à présenter aux sujets un jeu de cartes dont un côté porte une lettre et l’autre un chiffre, la seule contrainte étant que si une carte porte un A d’un côté, elle doit avoir un 1 de l’autre.

S’assurer que le jeu obéit bien à la contrainte
La contrainte une fois expliquée aux sujets, on les place devant quatre cartes de ce jeu, posées à plat sur une table. Les symboles qui apparaissent sont les suivants :

PNG - 11.4 ko
Le paradigme de Wason
Chaque carte porte une lettre sur une face et un chiffre sur l’autre. Quelle(s) carte(s) faut-il retourner pour s’assurer que la règle « si A d’un côté, alors 1 de l’autre » ?

On demande alors de déterminer quelles sont les cartes qu’il est nécessaire de retourner pour s’assurer que le jeu obéit bien à la contrainte stipulée, à savoir si A d’un côté, alors 1 de l’autre.

Quelle est, à votre avis, la bonne réponse ? [2]

N’hésitez pas à vous exprimer !


[1Wason P. C. (1966), « Reasoning », in B. M. Foss, ed, New Horizons in Psychology, Penguin, Hammondswotth.

[2Voir Introduction aux sciences cognitives, sous la direction de Daniel Andler, nouvelle édition augmentée, Gallimard 2004, p. 322.


Commentaires

Logo de Bernard Vuilleumier
jeudi 24 août 2017 à 15h31 - par  Bernard Vuilleumier

Vous avez raison, pour vérifier la contrainte, il suffit de retourner A, il doit y avoir 1 sur l’autre face (modus ponens) et 7 pour s’assurer qu’il n’y a pas A sur l’autre face (modus tollens).

Logo de Patrick
jeudi 24 août 2017 à 14h19 - par  Patrick

Pour verifier la contrainte, il suffit de retourner les cartes A et 7 : En retournant A, on est sensé trouver 1, et en retournant 7, on n’est pas censé trouver A. Ca ne sert pas de retourner 1 car la contrainte est une implication (si la lettre est A, on obtient derriere le chiffre 1, mais ca ne signifie pas forcement que si le chiffre est 1, la lettre trouvée est A) et ce n’est meme pas la peine de retourner D tout simplement parce que D n’est pas A et que derriere D, aucune chance de trouver A(on trouve un chiffre quelconque). Enfin ce n’est que mon avis ;) ;)