Impact de la consommation d’énergie sur l’environnement Les impacts de notre consommation d’énergie sur notre habitat naturel

, par  Fabien Goncalves, Fabio Afonso , popularité : 2%

La société de consommation est pour beaucoup, synonyme d’une société donnant libre cours à nos envies les plus insignifiantes, une société dans laquelle les besoins matériels comptent plus que l’être. En continuant sur cette idée de vouloir plus et d’avoir ce que l’on désire, cela ne nous mènerait pas à une perte de nos ressources naturelles ? L’homme détruit ce qui a pris plusieurs milliers d’années à se former, à l’exemple de la forêt amazonienne qui disparait chaque jour un peu plus.

Lorsque la dernière goutte d’eau sera polluée, le dernier animal chassé et le dernier arbre coupé, l’homme blanc comprendra que l’argent ne se mange pas. Sitting Bull

Table des matières

- 1 Déforestation des forêts
- 2 Causes du réchauffement planétaire
- 3 Conclusion : Nos solutions

1. Déforestation des forêts

La déforestation est un phénomène puissant, qui touche toutes les forêts tropicales, en particulier en Amazonie, en Afrique équatoriale et en Asie du Sud-Est. L’exploitation forestière est la principale cause de déboisement dans le monde et les ravages qu’elle produit sont énormes. Les arbres sont coupés ou brûlés beaucoup trop vite en comparaison au temps que cela remet à pousser. Chaque année, de nombreuses forêts sont donc entièrement rasées en grandes quantités et un peu partout dans le monde. Beaucoup d’arbres sont coupés alors qu’ils n’intéressent même pas les compagnies forestières, ils nomment ça la « coupe à blanc », ils coupent tout puis trient et ne gardent que ce qui peut être encore vendable.Les plantations de palmiers à huile ou la création de lieux pour l’élevage industriel sont également responsables d’une bonne part de la déforestation. Les forêts d’Amérique du Sud sont les plus touchées. De vastes zones de forêt tropicale ont été et sont régulièrement détruites au Brésil, en Bolivie, et au Paraguay afin de faire des plantations de soja (pour nourrir le bétail) ainsi que des plantations de canne à sucre (utilisées afin de produire de l’éthanol pour les voitures). Ailleurs, ce sont les productions de sucre, de poivre, de caoutchouc, de café, de cacao, de banane, de tabac et de coca, qui font en sortes que les forêts tropicales soient coupées. Beaucoup de petits agriculteurs pauvres et itinérants, comme à Madagascar, participent aussi à la déforestation : ils défrichent et brûlent la forêt pour ensemencer de petites parcelles de terres. Avec le lessivage des sols mis à nus, les récoltes ne durent que 2 ou 3 ans. Il faut alors aller planter ailleurs.

L’exploitation minière de métaux et de minéraux précieux comme l’or, les diamants, le minerai de fer, l’étain, la bauxite et l’uranium, constitue aussi une cause majeure de déboisement. L’extraction du pétrole et du gaz y joue aussi un rôle puisque de nombreux héctars de forêt sont régulièrement endommagés par les forages et la mise en place de pipelines, sans parler des fuites régulières de pétrole. Les forêts sont sources de nourriture, de refuge, de combustibles, de vêtements et médicaments pour de nombreuses ethnies. Sans elles, ces populations perdent tout repère. La déforestation met donc en péril de nombreuses populations autochtones. Mais l’Homme n’est pas seul concerné car l’on estime à 27 000 espèces animales et végétales perdues chaque année à cause d’elle.Et ce n’est pas tout : le climat mondial est aussi affecté par la déforestation. 40% du carbone terrestre est stocké dans la végétation et les sols des forêts. Lorsqu’ une forêt disparaît, le carbone qu’elle emmagasinait est en grande partie libéré dans l’atmosphère, augmentant l’effet de serre et le réchauffement de notre planète.Le déboisement détruit également les sols, rendant les terres improductives, particulièrement en zones tropicales : sans couverture arborée, les sols naturellement pauvres, sont exposés au vent, au soleil, et à la pluie. Rapidement la couche arable est remplacée par une croûte dure et improductive.En plus de protéger les sols, les forêts jouent un rôle essentiel dans le cycle de l’eau, qu’elles stockent et régulent. Sans forêts, il n’y aurait bientôt plus d’eau dans les rivières. Un phénomène déjà très perceptible dans beaucoup de pays, particulièrement en Afrique.

La planète périra par déforestation. Milan Kundera

Au final, notre planète a perdu en moyenne 4,9 millions d’hectares de forêt par an, soit près de 10 hectares de forêt par minute ou encore l’équivalent d’un terrain de football toutes les quatre secondes de 1990 à 2005.Les nouvelles données montrent également que la perte nette de forêts s’est accélérée, passant de 4,1 millions d’hectares par an entre 1990 et 2000 à 6,4 millions entre 2000 et 2005. Ces informations précieuses sont basées sur l’utilisation la plus complète à ce jour des données satellitaires à haute résolution. Ils diffèrent des résultats de l’évaluation des ressources forestières mondiales, ceux-ci étaient basés sur une compilation de rapports de pays qui avaient utilisé une grande variété de sources.

Sources : ici et ici

2. Causes du réchauffement planétaire

Je pense sincèrement que la pollution de la planète ce n’est pas aussi grave qu’on le dit... C’est beaucoup plus grave qu’on le dit. Philippe Geluck

La plus grande partie des émissions de CO2 vient de sources naturelles, comme la végétation en décomposition, ce sont les émissions dues aux activités humaines qui créent le déséquilibre, qui conduit au réchauffement climatique. En effet, les émissions naturelles font partie d’un cycle où le carbone s’échange entre l’atmosphère, les océans et la végétation. Par exemple, les arbres qui meurent et la respiration des hommes et des animaux produisent du CO2, tandis que les plantes vivantes et les arbres absorbent la même quantité de CO2 grâce à la photosynthèse.

Lorsque nous brûlons des énergies fossiles, nous ajoutons du carbone dans l’atmosphère qui ne faisait pas partie initialement du cycle, car ce carbone provient de sources enfouies profondément sous la terre ou sous les océans. Ce carbone serait resté enfoui, donc le fait de brûler du charbon, du pétrole et du gaz, ceci crée un surplus de CO2 qui reste dans l’atmosphère pendant longtemps. La combustion du bois ou d’autres types de biomasse (organismes morts) produit aussi des quantités considérables de CO2, mais si on replante des arbres ou des plantes à la place de la forêt qui a été brûlée, alors les nouvelles plantes vont absorber autant de CO2 que ce qui a été émis lors de la combustion. Alors le cycle peut de nouveau être en équilibre.

D’un autre côté, la déforestation permanente crée des déséquilibres et peut augmenter l’effet de serre de plusieurs façons. Déforester signifie abattre les arbres à la tronçonneuse, utiliser le bois comme combustible. Que ces arbres abattus soient brûlés ou qu’ils se décomposent naturellement, ils émettent du CO2. Mais si on ne replante pas d’arbres, il n’y aura rien pour absorber le carbone émis par les arbres coupés, et ceci fera augmenter les quantités de CO2 dans l’atmosphère.

Les pays qui émettent le plus de gaz à effet de serre sont les pays riches et industrialisés comme les Etats-Unis ou les pays européens. Les émissions par habitant des pays riches sont bien plus importantes que pour un pays plus pauvre. (voir image ci-dessous)

Source : ici

3. Conclusion : nos solutions

Solutions pour la déforestation

Il existe diverses manières de résoudre ou du moins atténuer le problème telles que : le recyclage, la motivation, la législation (les amendes font parfois réagir !)

Les gens font passablement d’efforts dans le recyclage afin d’économiser le plus de papier possible.. il suffit de prendre l’exemple des USA qui est le pays qui utilise le plus de papier au monde et qui en recycle 78%, mais le meilleur élève reste l’Allemagne avec 72% de son papier qui est recyclé, et également de mauvais élèves tels que la Chine qui ne recycle que 30%.

Cependant, pour arriver à de tels résultats il faut d’abord que les personnes résidents dans ce pays soient motivées et disposées à recycler et à faire en sorte d’agir POUR l’environnement ; ce qui en soit n’est pas toujours gagné !

Et pour finir il faut bien entendu doubler les contrôles autour des forêts et sanctionner au maximum ceux qui se permettent de détruire notre habitat naturel, car sans lui et même avec beaucoup d’argent, nous n’irons pas plus loin avec cette planète. Et l’Homme a tellement de choses, qu’il veut à chaque fois plus, alors commençons à lui mettre un frein dès maintenant !

Solutions pour le CO2 provenant des voitures

Avec des gestes simples on peut avoir un très grand impact sur la nature toute entière. Un petit pas pour nous mais un grand pas pour la nature...

Le co-voiturage est l’une des options qui resort très fréquemment quand l’on parle de consommation d’énergie car c’est sûrement l’une des plus malignes. Au lieu d’utiliser deux véhicules, on en utilisera un seul et on gaspillera ainsi deux fois moins d’énergie, ainsi deux fois moins de CO2 dans l’air.

Mais il n’y a pas que le co-voiturage, il y a également les transports publics qui sont égalements des options à la voiture, ou bien le vélo ou tout autre moyen de déplacement qui ne demandera pas que vous consommiez de l’énergie surtout quand celle-ci peut être largement évitée !

Sources : ici