OWL : historique Quelques repères sur « l’histoire » du site OWL

, par  Bernard Vuilleumier , popularité : 1%

Le site OWL est un site indépendant. Il n’appartient pas au Département de l’instruction publique du canton de Genève (DIP) et n’engage d’aucune manière sa responsabilité. C’est un outil de travail, ouvert à qui veut l’utiliser (maître, parent, élève).

Toute l’information enregistrée sur ce site est accessible à tous les visiteurs.

La vie du site en un clin d’œil


2005

Les origines et la mise en service du site

Au terme de l’année scolaire 2004-2005, Monsieur Raymond Morel, Directeur adjoint au SEM, a proposé aux responsables des Clubs [1], d’utiliser un CMS [2] pour stocker et diffuser l’information relative aux activités de ces services. Un SPIP [3] a été mis à disposition de chaque responsable. Durant l’été 2005, j’ai élaboré, pour le club Mathématiques appliquées, une structure en définissant des rubriques et des sous-rubriques avec l’outil mis à ma disposition. Il s’agissait d’un SPIP (version 1.8), habillé par BloOg. L’utilisation publique du site, qui s’appelait BLOOG MATH & SCIENCES lors de sa mise en service, a été possible dès la rentrée scolaire d’août 2005. Je tiens à remercier chaleureusement Monsieur Raymond Morel de m’avoir fait découvrir cet excellent produit (SPIP) qui n’est en rien responsable des ennuis que j’ai rencontrés par la suite.


2005-2006

Pannes, trou de sécurité, pertes de données

La première année de fonctionnement a été émaillée de nombreuses pannes (voir le tableau des brèves), de divers incidents lors des mises à jour et d’un accident de maintenance : en décembre 2005, le service technique du SEM m’informe, à la suite d’une panne, que le serveur a été victime d’un « hack » [4] qui a nécessité le retour à de vieilles sauvegardes non infectées :

PNG

Résultat : 11 jours de travail perdus !

11 jours de travail perdus !

2006-2007

Changement de serveur et changement d’adresse sans préavis

Cette deuxième année a été marquée par la persistance de bugs, par des accidents de maintenance, par un transfert du site sur un autre serveur accompagné d’une perte de données et, cerise sur le gâteau, par un changement d’adressesans aucun préavis !

PNG

Lassé par ces conditions d’expérimentation, je renonce à m’occuper du site BLOOG MATH & SCIENCES et des projets associés en 2007-2008 et décide d’ouvrir un site indépendant « hors institution ».

1er avril 2007

Ouverture de OWL Math & Sciences : ce n’est pas un poisson !

Résultat : Baisse passagère de fréquentation du site après le « divorce ».

JPEG

Depuis le 1er avril 2007, BLOOG MATH & SCIENCES et OWL Math & Sciences poursuivent des existences séparées. En ce qui concerne OWL Math & Sciences, aucune panne, aucun « hack », pas de pertes de données. La possibilité d’accéder à la base de données, aux sauvegardes automatiques, aux statistiques web ainsi que la qualité des services offerts par Infomaniak font désormais du responsable un homme libre et heureux !


Comparatif des évolutions depuis le « divorce »

BLOOG MATH & SCIENCES

Bloog math et sciences

OWL Math & Sciences

owl math et sciences

Le futur

Mon ambition est que le site OWL effectue une mue lui permettant de passer du statut de CMS (Content Management System) à celui de LMS (Learning Management System). J’ai bon espoir qu’un jour il permettra d’apprendre, entre autres, les mathématiques et les sciences sur le web.

[1Il s’agissait des clubs suivants :
- Apprendre à communiquer
- Cabri-géomètre
- Logiciels libres
- Mathématiques appliquées
- Musique (dont le site n’est plus en service)
- Publication assistée par ordinateur (dont le site n’est plus en service)

[2CMS : Content Management System.

[3SPIP : Système de Publication Internet Partagée. SPIP est un système de publication qui s’attache particulièrement au fonctionnement collectif, au multilinguisme et à la facilité d’emploi. C’est un logiciel libre, distribué sous la licence GNU/GPL. Il peut ainsi être utilisé pour tout site Internet, qu’il soit associatif ou institutionnel, personnel ou marchand.

[4Hack : modification arbitraire et visible du contenu d’un site Internet. Je n’ai pas cru et je ne crois toujours pas les explications qui m’ont été fournies. Et pourquoi a-t-il fallu 11 jours au service technique pour constater que le serveur était victime d’un « hack » ?