Genève : FILMAR en América Latina

, popularité : 13%

Pour cette odyssée cinématographique en América Latina, quatre-vingt films sont au programme, et seront projetés dans quatre salles de cinéma ; de plus, trois invités spéciaux sont à l’honneur cette année.

Fidèle à ses engagements, Filmar propose de se plonger dans un cinéma ancré dans les réalités sociales et politiques du continent sud-américain, aidant à mettre en lumière les périodes sombres de dictatures et les conflits internes de nombreux pays.

« La Cordillère des Songes » de Patricio Guzman

La Cordillère des Songes de Patricio Guzman, projeté à l’Auditorium Arditi, sera le film d’ouverture du festival.

Concernant les invités spéciaux, il s’agit de Jairo Bustamante, du Guatemala ; il présente deux fictions sorties cette année : Temblores, qui est passé à la Berlinale mais n’a pas été distribué en Suisse, et parle de la difficulté d’être homosexuel en Amérique Latine, et La Llorona qui s’inspire du Tribunal pour parler du conflit armé et du procès d’Enrique, ex-militaire poursuivi pour génocide mais libéré à cause de prétendues erreurs judiciaires.

Deuxième invité : Julio Hernàndez Cordòn, du Guatemala également. C’est un artificier, un punk qui fait des films avec tout ce qu’il trouve et aime les personnages sans limite ; projection de son film Còmprame un Revolver, nommé quatre fois à la Quinzaine des Réalisateurs à Cannes en 2018, ainsi que Gasolina, Las Marimbas del Infierno, et Te prometo Anarquia.

Dernier invité, Alejo Moguillansky d’Argentine, fait partie de Pampero Cine, un collectif de cinéastes qui font tout : acteur, camera, monteur. Un de leurs films La Flor, un hommage au cinéma en six épisodes inspirés par différentes formes cinématographiques, a été très en vue à Locarno l’an passé. On y voit la problématique de l’artiste qui essaie de tout faire et c’est très burlesque.

Du 15 novembre au 1er décembre 2019

Voir en ligne : FILMAR