Winterthur : Peter Bruegel l’Ancien

, popularité : 24%

L’Adoration des mages sous la neige, tableau de petit format peint en 1563 par Pieter Bruegel l’Ancien, est la seule œuvre du maître dans une collection publique en Suisse. Véritable joyau de la Collection Oskar Reinhart « Am Römerholz », elle est au cœur de l’exposition qui vient de s’ouvrir.

Peter Bruegel l’Ancien, « L’Adoration des mages sous la neige », 1563
Signé et daté à gauche : « M · D · LXIII / B R V E G E L ». Huile sur bois de chêne, 35 × 55 cm. Collection Oskar Reinhart « Am Römerholz », Winterthur © Collection Oskar Reinhart « Am Römerholz », Winterthur

La présence d’autres œuvres, notamment des gravures et des dessins de Bruegel, permettra d’établir les linéaments nécessaires à une interprétation générale de cette œuvre complexe. Le traitement très frappant du paysage et les questions soulevées par l’actualisation de scènes bibliques participent de cette complexité. Une importance considérable est accordée à l’interrogation – rendue omniprésente dans l’œuvre par le traitement des images – de l’acte de cognition et à la mise en défaut de la perception visuelle. Certains aspect précis (la reprise du répertoire iconographique de Jérôme Bosch, le rôle du cycle annuel dans l’œuvre picturale de Bruegel, la présence du village flamand et l’importance accordée au climat – liée à l’entrée dans le Petit Âge glaciaire) sont autant de pistes interprétatives à explorer. La situation de l’Adoration de Winterthour par rapport aux autres scènes hivernales peintes par Bruegel – un genre alors nouveau dans l’histoire de l’art – ainsi que le développement de ce genre durant le siècle suivant sont également des thématiques de l’exposition.

L’exposition « Le miracle dans la neige – Peter Bruegel l’Ancien » se fonde sur de vastes recherches technologiques d’imagerie, menées en collaboration avec le musée d’Histoire de l’art de Vienne et avec un cercle international de chercheurs. Grâce à une borne multimédia, les résultats des recherches technologiques seront rendus accessibles aux visiteuses et aux visiteurs de l’exposition et inviteront à une contemplation renouvelée de chaque détail de l’œuvre – à l’échelle macroscopique ou au moyen de radiographies, avec une lumière rasante, par le biais de la photographie infrarouge ou de la réflectographie infrarouge – et ce devant l’original. Ces résultats sont également accessibles au monde entier, puisqu’ils ont été mis en ligne sur le site Inside Bruegel.

Joannes et Lucas van Doetecum d’après Pieter Bruegel, « Saint Hiéronymus dans le désert », vers 1555/56
Publié par Hieronymus Cock. Feuille de la série Grands Paysages. Gravure à l’eau forte et taille douce, 29,7 × 42,5 cm © Graphische Sammlung ETH Zürich

Des recherches dendrochronologiques menées par des experts de l’institut de recherche belge KIK-IRPA ont non seulement permis de déterminer l’âge du panneau de bois peint, mais également de prouver que le bois de ce tableau, et de trois autres tableaux de petit format du Maître, provient du même chêne de la Baltique orientale. L’extraction du bois par fendage et les autres étapes de son traitement sont clairement reconnaissables grâce à la confrontation avec des planches et avec des coupes de bois.

L’exposition revient également sur l’histoire de la provenance du tableau, sur les nombreuses copies effectuées par le fils de Bruegel et, surtout, sur le vif intérêt du collectionneur Oskar Reinhart pour l’œuvre du Flamand. Seront ainsi présentés divers documents, des exemples d’œuvres et certains des livres qui composaient la bibliothèque du collectionneur à la mort de celui-ci.

Du 23 novembre 2019 au 1er mars 2020

Brèves Toutes les brèves