Genève : « Requiem pour L. »

, popularité : 21%

Invités par La Comédie de Genève, les auteurs ressuscitent le Requiem de Mozart à la croisée du lyrique, du jazz et des musiques africaines. Le metteur en scène et chorégraphe belge Alain Platel et le compositeur italien Fabrizio Cassol font résonner cette prière chrétienne pour les morts, ici traversée de rituels africains.

« Requiem pour L. »
© Chris Van der Burght

Quatorze musiciens de plusieurs continents se rencontrent autour du Requiem de Mozart, qu’ils reconstruisent en fusionnant leurs influences musicales personnelles avec du jazz, de l’opéra et de la musique africaine populaire. Le résultat doit aboutir à une nouvelle façon de vivre cette pièce musicale originale de l’Occident.

La direction musicale est prise en charge par le compositeur Fabrizio Cassol, qui continue ainsi l’écriture d’une histoire artistique personnelle dans laquelle il réunit différentes cultures musicales autour d’un thème spécifique. Il cherche à chaque fois comment une œuvre existante, des traditions orales et écrites lui permettent d’écrire une nouvelle histoire. Pour le Requiem, il réunit des musiciens avec lesquels il a déjà travaillé (e.a. dans Macbeth et Coup Fatal) et des artistes pour lesquels cette coopération est une première.

« Requiem pour L. »
© Chris Van der Burght

Sur le plan théâtral et dans une phase ultérieure, le metteur en scène Alain Platel cherchera avec le groupe une traduction visuelle et physique des images et associations évoquées par un Requiem : de la messe des morts à la fosse commune dans laquelle Mozart fut lui-même abandonné. Cassol et Platel se rencontrent dans la manière dont ils créent un nouvel univers au moyen de métissages. Ils ont déjà travaillé ensemble sur les Vêpres de la Vierge Marie de Monteverdi (vsprs, 2006), la Passion de Matthieu de Bach (pitié !, 2008) et le répertoire baroque occidental (Coup Fatal, 2014).

Les 1er et 2 novembre 2019 / Bâtiment des Forces motrices

Billetterie en ligne

Brèves Toutes les brèves