Fondation Custodia, Paris
Paris : En route !

Dessins néerlandais de paysage

Article mis en ligne le 5 mars 2016
dernière modification le 8 mai 2016

La Fondation Custodia est heureuse d’accueillir à Paris l’exposition consacrée à l’impressionnante collection de dessins anciens de John et Marine Fentener van Vlissingen – Comtesse de Pourtalès. Un couple de collectionneurs qui a minutieusement bâti cette collection de paysages d’artistes néerlandais et flamands représentant la nature aux Pays-Bas, mais aussi en France, en Italie, en Angleterre ou en Afrique.

Présentée au Rijksmuseum pendant l’été 2015, cette exposition permet de dévoiler au public français 100 dessins de voyage, des feuilles d’artistes allant du XVIIe siècle, avec Rembrandt et Jacob van Ruisdael, jusqu’au XIXe siècle avec la génération de Josephus August Knip (1777-1847).

Les artistes néerlandais ont toujours eu la réputation d’être d’avides voyageurs. À cheval, en diligence, en barge ou à pied, ils ont sillonné le monde durant les XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles. Ils ont à chaque fois témoigné, dans leurs dessins, de la variété des paysages traversés. Pour ceux n’ayant pas l’inclination, le courage ou l’argent pour entreprendre de tels voyages, le travail des autres artistes voyageurs était précieux. Ainsi pour la première fois dans l’histoire de l’art, les paysages n’étaient plus considérés comme arrière-plan de scènes bibliques ou mythologiques, mais comme un sujet en tant que tel.

L’aquarelle représentant des “Vaisseaux sur une mer calme“ de Hendrick Avercamp (voir ci-dessus) apparaît comme l’illustration littérale du titre de l’exposition : En route ! Avercamp était très doué pour obtenir des effets magistraux malgré une économie de moyens.

Parmi les artistes représentés, citons Rembrandt (1606-1669) avec “Rempart près de la St. Anthonispoort à Amsterdam“, réalisé vers 1648-1652 ; Jacob van Ruisdael (1628/29-1682) et sa Vue du pont de l’Amstel (Hogesluis) à Amsterdam, vers 1663 ; Lodewijk Toeput, dit Pozzoserrato (c. 1550-1603/5) qui a dessiné Paysage panoramique d’une rivière avec des voyageurs, un homme coupant du bois et une ville au loin ; Jan Brueghel I (1568-1625) quant à lui est représenté par une Ferme dans un paysage boisé ; Hermanus Numan (1744-1820) a reproduit le Domaine de Wijkeroog près de Velsen, vue de l’Orangerie tandis que Josephus Augustus Knip (1777-1847) a saisi un Paysage près de Galloro, avec un voyageur et une fontaine. Mais d’autres dessins vous attendent.

Jusqu’au 30 avril 2016

Capturer la lumière

Parallèlement à cette exposition du premier étage, est présenté dans le sous-sol de l’hôtel Lévis-Mirepoix un choix d’œuvres sur papier du peintre et graveur flamand Jozef Van Ruyssevelt (1941-1985).

La Fondation Custodia a pu acquérir une douzaine d’eaux-fortes, un carnet d’esquisses et une série de gouaches provenant de sa succession, alors que le cabinet d’arts graphiques du Rijksmuseum à Amsterdam détient l’œuvre graphique presque complet de l’artiste.
L’accent est mis sur les eaux-fortes de Van Ruyssevelt. Ou comment donner un caractère dramatique aux sujets qui le sont moins : vues fortuites, intérieurs avec chaises et armoires, natures mortes aux bouteilles et aux plantes en pot. Dans sa Vue de l’atelier datée de 1979, un peu de lumière du jour perce encore et vient mollement se refléter sur la surface du meuble vernis. La pièce est plongée dans une épaisse pénombre de hachures. Il faut plisser les yeux pour espérer distinguer quelque chose entre ces traits toujours plus rapprochés, menant vers des recoins toujours plus obscurs.

Jusqu’au 30 avril 2016