Odéon-Théâtre de l’Europe
Paris : « La Mouette »

Ostermeier à Paris

Article mis en ligne le 24 juin 2016
dernière modification le 26 avril 2016

Tchekhov et Ostermeier débarquent à Paris avec La Mouette, ce chef-d’œuvre que le metteur en scène berlinois a créé à Lausanne ce printemps, au théâtre de Vidy.

« La Mouette »
© Arno Declair

« Figurez-vous que j’écris une pièce », écrivait Tchekhov à Souvorine en 1895, « que je ne finirai pas, là non plus, avant la mi-novembre. Je l’écris non sans plaisir, même si je vais à l’encontre de toutes les lois de la scène. Une comédie, trois rôles de femmes, six d’hommes, quatre actes, un paysage (une vue sur un lac) ; beaucoup de conversations sur la littérature, peu d’action, cinq pouds d’amour... »

Étant donné que le poud vaut environ seize kilos, Ostermeier fait remarquer que Tchekhov a mis dans la pièce une quantité d’amour égale à son propre poids : « il a donc mis toute sa personne, tout son amour dans cette pièce – mais aussi tous ses questionnements autour de la possibilité de l’amour ». De fait, dans La Mouette, Medvédenko aime Macha, qui aime Constantin Tréplev, qui aime Nina, qui aime Trigorine, qui est l’amant d’Arkadina...

« La Mouette »
© Arno Declair

La chaîne amoureuse n’est cependant qu’une des figures du manque qui circule entre tous les personnages. Manque d’existence, de perspectives, auquel répond, pour le jeune Tréplev, le besoin d’une vie plus vraie : « non pas telle qu’elle est », dit-il à l’acte I, « ni telle qu’elle doit être, mais telle qu’elle se représente en rêve ». D’où l’importance de l’art dans cette pièce, où des artistes qui ont réussi – l’actrice Arkadina, l’écrivain Trigorine – croisent des aspirants à la célébrité littéraire (Tréplev) ou scénique (Nina).

« Tous les grands textes de théâtre », remarque Ostermeier, « contiennent pour ainsi dire plusieurs pièces. Cela vaut aussi pour La Mouette. Est-ce une pièce sur le conflit entre les générations ? Une réflexion sur l’art et le théâtre ? Ou un drame sur les malheurs de l’amour ? »

Le théâtre est donc au centre de La Mouette, et de nombreux personnages de la pièce sont des artistes ; pour Thomas Ostermeier, le sujet de la pièce est plutôt une réflexion sur les différentes étapes de la vie, sur le conflit entre deux générations.

L’art se révèle donc un territoire miné sur lequel tout se joue dans cette pièce : les passions, les conflits, les illusions.... En résulte une ronde de ratages, de malentendus, de douleurs...

Du 20 mai au 25 juin 2016

Réservations : 01.44.85.40.40