Divers lieux de Genève
Genève : Black Movie

23ème édition

Article mis en ligne le 9 janvier 2022
dernière modification le 11 février 2022

Le Festival International de Films Indépendants de Genève revient pour 10 jours de cinéma décalé. Au programme, du cinéma de Hong-Kong, des documentaires musicaux et les derniers films de Hong Sang-soo, Apichatpong Weerasethakul, Karim Aïnouz, et plein d’autres.

La situation mondiale ne permettant toujours pas la venue d’invités et d’une partie du public à Genève, une portion de la programmation sera visible en ligne et les invités internationaux physiquement absents participeront à des entretiens pré-enregistrés par le festival.

Honneur au Cinéma asiatique
Le premier événement à signaler est la projection du dernier film du grand cinéaste thaïlandais Apichatpong Weerasethakul,  Memoria , qui avait remporté le Prix du Jury au dernier Festival de Cannes. A noter qu’une star internationale, Tilda Swinton, y occupe le rôle principal. Elle y joue Jessiva, cultivatrice d’orchidées qui se rend à Bogota pour voir sa sœur malade... Weerasethakul semble à nouveau signer un film sur la mémoire des ancêtres et la contamination d’un passé douloureux dans le présent des personnages.

« In The Front of Your Face » de Hong Sang-soo © Jeonwonsa Film Co.

Quant au réalisateur coréen Hong Sang-soo, une figure habituelle du festival, il sera présent via deux de ses derniers film :  Introduction en avant-première suisse, et In Front of Your Face . Les amateurs de triangles amoureux et de narrations aux saveurs de Nouvelle-Vague y trouveront leur compte.

Signalons également que l’une des sections du festival sera dédié au 7ème art hongkongais de 1982 à 2001, période marquée par les choix radicaux de scénographie et de violence montrée à l’écran. Le Festival a ainsi programmé un classique de cette époque, Boat People d’Ann Hui, film à haute teneur politique qui dénonce les conditions sociales désespérées des populations du Vietnam après la Libération.

« Marin des Montagnes » de Karim Aïnouz

Quelques films dans le genre politique :  Dear Comrades ! du russe Andreï Kontchalovski qui évoque le massacre de Novotcherkassk en 1962, la répression, cachée pendant 30 ans, d’une révolte d’ouvriers d’une usine de locomotives qui fait 26 tués et 87 blessés.

Dans un registre plus léger, citons le cinéaste brésilien Karim Aïnouz, dont le documentaire autobiographique Marin des Montagnes sera projeté au Black Movie, dans lequel il évoqe sur ses origines algériennes qui le mènent sur les traces de son père.

Mentionnons enfin la section des documentaires musicaux, dont nous pouvons déjà parler de « The Rumba Kings » d’Alain Brain Delgado, documentaire sur l’histoire du genre musical de la rumba en RDC, réalisé en parrallèle à (ou à l’occasion de ?) la candidature déposée par la République Démocratique du Congo auprès de l’Unesco afin de l’inscrire au patrimoine immatériel de l’humanité.
Anthony Bekirov

Du 21 au 30 janvier 2022