Centre d’art Pasquart, Bienne
Bienne : Kudzanai-Violet Hwami

Dans le cadre des Journées photographiques 2022

Article mis en ligne le 28 avril 2022
dernière modification le 27 juin 2022

Le Centre d’art Pasquart participe aux Journées photographiques de Bienne en exposant les travaux de Kudzanai-Violet Hwami, une peintre zimbabwéenne qui questionne le genre et la représentation du corps noir.

Dans ses peintures, Kudzanai-Violet Hwami (*1993, Zimbabwe) combine des fragments visuels et dévoile une vision complexe et personnelle de la vie en Afrique australe. Elle travaille avec des photographies et des collages d’images numériques qu’elle utilise pour créer des œuvres de grand format sur papier ou sur toile avec de la peinture à l’huile intensément pigmentée et en employant souvent d’autres médias et techniques comme la sérigraphie, le pastel ou le fusain.

Son inspiration provient d’une multitude de sources : des images trouvées dans les archives ou sur le web, des nus, mais aussi des photographies personnelles, telles que des autoportraits ou des photos de sa famille.

À l’aide de ses souvenirs, Kudzanai-Violet Hwami revisite des lieux qu’elle a connus enfant dans le Zimbabwe postcolonial. Elle crée à partir de ceux-ci un univers parallèle qui gravite autour d’un récit futuriste sur ce pays. Dans son travail, l’artiste joue avec l’idée d’une utopie africaine dans laquelle il n’y a pas d’espace, pas de lieu et pas de frontières, tout en faisant référence à des cultures et des traditions bien établies. De nombreuses images dans ses œuvres sont influencées par la popularité croissante de genres sous-culturels tels que la culture afro-punk et grunge au Kenya et en Afrique du Sud.

D’autres influences littéraires et musicales (comme le ZimHeavy et l’Afrobeat), ainsi que son propre parcours introspectif, forment également des sources importantes. L’inclusion d’images trouvées au hasard sur les réseaux sociaux constitue un autre point de départ, invitant au libre jeu de l’imagination, même si le matériel autobiographique reste une source de référence.

Jusqu’au 12 juin 2022